« Osez apprivoiser votre Critique Intérieur ! »

Écrit par Laurent Claret

23/08/2022

Et si vous choisissiez d’apprivoiser votre Critique Intérieur ?

Et si vous passiez des critiques destructrices au discernement ?

Et si vous retrouviez votre créativité ?

En guise d’in(tro)duction …

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours eu la sensation qu’il y a plusieurs « Mini Moi » en moi. Lorsque j’ai découvert l’approche du Dialogue Intérieur (Voice Dialogue), j’ai tout de suite compris que cela me permettrait une exploration de tous ces « Mini Moi » en moi. Depuis que je suis formé au Dialogue Intérieur et lorsque cela peut leur être utile, je propose cette exploration à mes clients en coaching, en thérapie et en supervision.

Dans tous les « Mini Moi » qui composent ma personnalité, il y a notamment le Critique Intérieur que j’avais l’habitude d’appeler ma « Voix Sombre ».

Le Dialogue Intérieur s’intéresse à la psychologie des différentes sous-personnalités (psychology of selves), également appelés sub-personnalités ou co-personnalités (self / selves), qui constituent la psyché de tout être humain. Il a été élaboré par Hal et Sidra Stone, deux psychologues et psychothérapeutes américains. Cette méthode permet de développer une personnalité libre des automatismes de l’ego ordinaire (également appelé ego fonctionnel) grâce à un processus d’Ego Conscient (Aware Ego), également appelé Moi Conscient ou Moi prenant Conscience.

Le processus d’Ego Conscient a pour but de révéler un espace d’interface entre les différentes polarités qui composent la psyché : nos parties primaires (primary selves), nos parties reniées ou désavouées (disowned selves) et nos parties non développées (undevelopped selves). À partir de cet espace, nous pouvons peu à peu découvrir puis gérer chacune de nos sous-personnalités, sans qu’aucune ne soit dominante. C’est le point de départ d’une possibilité de choix par rapport à nos nombreux conditionnements familiaux et culturels.

La pratique du Dialogue Intérieur permet de développer notre sensibilité énergétique, sachant que toute communication, avant d’être verbale, est d’abord énergétique. Le concept d’Ego Conscient appartient tout autant à la spiritualité qu’à la psychologie : il est moteur dans un processus d’individuation et de réactualisation de la personnalité. Son développement nous permet de disposer d’un réel choix dans la vie et non plus d’être soumis à des comportements automatiques et conditionnés.

De façon globale, le Dialogue Intérieur invite à explorer le monde énergétique qui, au-delà des mots, détermine toute relation. Il prête également une grande attention aux rêves en tant que porte ouverte sur l’Intelligence de la Source présente en chacun.

Dans cet article, par préférence personnelle et avec l’intention de simplifier, je fais le choix d’utiliser les termes co-personnalité et Moi Conscient.

Si vous souhaitez mieux comprendre ce qu’est l’approche du Dialogue Intérieur avant d’en savoir plus sur la co-personnalité du Critique Intérieur, je vous suggère la lecture de cet article :

Osez le Dialogue Intérieur avec vos co-personnalités pour mieux décider !

Je me suis régalé à lire l’ouvrage de Hal et Sidra Stone intitulé « Le critique intérieur – Passer des critiques destructrices au discernement. Retrouver sa créativité. » publié aux Édition Warina. J’en ai extrait les nombreux passages qui m’ont touché. La suite de cet article intitulé « En guise de développement » est en quelque sorte ma fiche de lecture, une compilation des mots de Hal et Sidra Stone en les restructurant dans un joyeux désordre.

L’intention de cet article est double :

  • Vous permettre de comprendre qui est votre Critique Intérieur et comment il fonctionne,
  • Vous proposer des pistes pour l’apprivoiser pour vous aider à passer des critiques au discernement et à développer votre créativité.

En guise de développement … comment fonctionne notre Critique Intérieur et comment l’apprivoiser ?

Notre Critique Intérieur n’est pas seul. Il est simplement l’une des nombreuses co-personnalités qui forment notre personnalité et définissent qui nous sommes.

Notre Critique Intérieur est la voix (ou co-personnalité) en nous qui nous critique et nous juge.

Notre Juge est la voix (ou co-personnalité) en nous qui critique et juge les autres.

Il est important de comprendre que notre Critique Intérieur et notre Juge sont les deux faces d’une même médaille. Leurs sentiments et leurs observations sont similaires. La différence est la suivante : l’un nous juge, l’autre juge les autres.

Le monde de la critique de soi d’un côté, celui des jugements de l’autre, voici ce qui constitue une bonne partie de la danse de la vie. Entendre ces voix, apprendre à reconnaître leur vulnérabilité sous-jacente, développer un processus de Moi Conscient par rapport à elles, nous donne la possibilité de nous en séparer et de quitter la salle de danse où joue ce très mauvais orchestre. La seule manière de gagner au jeu des critiques de soi et des jugements des autres et d’apprendre à ne pas entrer dans le jeu.

Concentrons-nous sur notre Critique Intérieur.

Qui est notre Critique Intérieur et comment fonctionne t’il ?

Notre Critique Intérieur est puissant, il coopère étroitement avec trois de nos co-personnalités qui sont l’Actif, le Législateur et le Perfectionniste, il est le bourreau de notre Enfant Intérieur et c’est un incomparable comparateur.

> Notre Critique Intérieur est puissant.

L’atout majeur de notre Critique Intérieur est justement qu’il est intérieur.

Il nous connaît de l’intérieur et en plus il est invisible. Il connaît toutes les facettes de notre personnalité que nous essayons de cacher aux autres. Il est au courant des parties qui ne nous semblent pas belles, de celles dont nous avons honte. Nous avons l’air assuré, il sait qu’à l’intérieur, nous sommes nerveux. Nous sommes gentils et généreux, il sait que parfois nous sommes égoïstes. Nous finissons une tâche, il connaît celles que nous avons laissées en souffrance. Il connaît tous les sentiments mesquins, peu charitables, voir cruels qui sont les nôtres. Il connaît nos fantasmes sexuels. Il connaît les moments où nous sommes en demande, vulnérables, même si nous pouvons les cacher aux autres. Notre Critique Intérieur connaît tout de nous, nos secrets les plus profonds, les plus noirs, ce que nous voulons cacher.

La fonction première de notre Critique Intérieur et de nous épargner la honte et la souffrance. Il est extrêmement angoissé, presque désespéré à l’idée que nous ne réussissions pas dans la vie et que nous ne soyons pas acceptés et appréciés par les autres.

Notre Critique Intérieur s’est développé dans notre petite enfance pour protéger notre vulnérabilité en nous aidant à nous adapter et à répondre aux exigences de notre entourage, quelles qu’elles soient.

En tant que nouveau-nés, nous sommes extrêmement sensibles et ouverts à tout ce qui nous arrive et à tout ce qui se passe autour de nous. Nous dépendons complètement des autres pour recevoir l’amour et les soins dont nous avons besoin pour survivre. Nous sommes dans un état de totale vulnérabilité. Sans les soins appropriés, nous ne pourrions ni survivre ni grandir. Que pouvons-nous faire pour assurer notre survie ? Que pouvons-nous faire pour être sûrs que les autres vont prendre soin de nous et ne pas nous blesser ? Nous allons développer une personnalité qui va, tout à la fois, nous protéger et nous rendre attirants. Cette personnalité est composé d’un groupe de co-personnalités qui va nous aider à nous adapter à notre entourage.

Pour accomplir son travail correctement, notre Critique Intérieur a adapté peu à peu notre forme naturelle pour que les autres puissent nous accepter, il a critiqué et corrigé notre conduite avant que les autres ne nous critiquent ou ne nous rejettent. De cette façon, il a pensé pouvoir nous obtenir amour et protection et nous éviter honte et blessures.

Plus nous avons été entourés dans notre enfance par des personnes critiques, plus notre Critique Intérieur est puissant. Il est capable de critiquer absolument tout ce que nous sommes avec le même enthousiasme et sur tous les plans : notre corps, nos émotions, notre mental et notre spiritualité.

Lorsque notre Critique Intérieur commence à outrepasser son rôle initial, il nous donne le sentiment d’être nuls. Lorsqu’il surveille le moindre de nos mouvements, nous devenons inhibés, maladroits et craignons à chaque instant de commettre une erreur. Il se peut même que nous ne prenions plus aucune initiative parce qu’il nous dit que nous sommes incapables de faire quoique ce soit correctement et que nous allons, de toute façon, échouer. Notre Critique Intérieur nous veut si parfaits, si performants que finalement, il bloque toute tentative d’action. Trop souvent, cependant, notre Critique Intérieur ne sait pas quand s’arrêter. Il ne sait pas que trop, c’est trop.

Il tue notre créativité. Comment entreprendre quelque chose de nouveau ou de différent si une voix nous dit que nous allons nous planter ?

Il est la source interne d’un manque d’estime de nous-mêmes. Comment nous sentir bien avec nous-mêmes lorsque nous avons une voix intérieure qui nous énumère sans arrêt tout ce qui ne va pas chez nous ?

Il est une source de honte. Aucune partie de nous ne peut éviter son œil perçant, ni nos sentiments les plus profonds, ni nos rêves, ni les pulsions que nous pouvons réussir à cacher au monde extérieur.

> Notre Critique Intérieur coopère étroitement avec trois de nos co-personnalités qui sont l’Actif, le Législateur et le Perfectionniste.

En synthèse :

  • Le Législateur met au point des règles pour déterminer notre comportement afin d’assurer notre sécurité.
  • Le Perfectionniste veille à ce que nous les mettions correctement en pratique.
  • L’Actif nous presse de faire tout, tout de suite, et d’en faire toujours plus.

Notre Critique Intérieur reprend principalement ces trois rôles à son compte et nous critique dès que, selon lui, nous ne jouons pas le jeu correctement, c’est-à-dire pratiquement tout le temps.

Le Législateur (ou Faiseur de Règles) légifère sur la sorte de personne que nous devons être, sur les caractéristiques qu’il serait inacceptable que nous développions. Cette co-personnalité se développe très tôt pour protéger notre Enfant Vulnérable. Elle observe autour d’elle, note ce qui est récompensé et ce qui est puni et met au point une série de règles pour notre propre sauvegarde. C’est le rôle de notre Critique Intérieur de nous aider à vivre selon les normes établies par le Législateur. Ce Législateur, en règle générale, ressemble à la voix de nos parents et à celle de la société, réunis en une seule voix à l’intérieur de nous. Notre Critique Intérieur nous surveille attentivement pour que nous restions à la hauteur des normes établies, alors que ces normes sont pour certaines impossibles à atteindre. Apprendre à gérer notre Critique Intérieur signifie apprendre notamment à nous séparer de notre Législateur.

L’Actif coopère avec notre Critique Intérieur. Il s’est généralement développé pour nous aider à devenir de bons élèves à l’école. L’Actif est devenu la partie primaire que nous utilisons pour être reconnus et réussir notre vie. Notre Critique Intérieur se joint à l’Actif pour nous faire avancer à tout prix. Au moindre signe de paresse, de recul ou d’infériorité, notre Critique Intérieur pointe notre échec et l’Actif se met en route pour nous pousser à avancer. Le cri de notre Critique Intérieur associé à l’Actif est « Tu ne vas pas y arriver. Tout le monde a déjà pris de l’avance sur toi. »

Le Perfectionniste définit les critères de la perfection et notre Critique Intérieur va nous aider à les atteindre, même si ces critères sont irréalistes ou inappropriés. Il n’est question d’aucune priorité, tout a la même importance et tout doit être parfait. Notre Critique Intérieur, avec son œil d’aigle et son intelligence supérieure, pointe chaque erreur, chaque maladresse ou difficulté.

> Notre Critique Intérieur est le bourreau de notre Enfant Intérieur.

Aussi difficile soit-il d’échapper à un bourreau extérieur, il est encore plus ardu d’échapper à celui qui vit à l’intérieur. Les persécutions de notre Critique Intérieur se passent dans l’intimité de notre esprit. Notre Critique Intérieur fait écho aux critiques ou aux abus des parents extérieurs et perpétue le cycle en tyrannisant notre Enfant Intérieur.

Qui est cet Enfant Intérieur vulnérable ? C’est le petit être vulnérable que nous avons tous été à notre naissance. Cet enfant était – et est encore – extraordinairement sensible. Il répond aux énergies et non aux mots. Il sent ce qui se passe autour de lui et dans le monde mais ne sait pas de donner de sens à tout cela. Il capte tout ce qui se passe en nous, il est branché sur toutes les subtilités de nos interactions émotionnelles aussi bien avec les personnes extérieures qu’avec nos propres co-personnalités.

Si nous ne ressentons plus notre Enfant Intérieur, cela ne signifie pas qu’il a disparu. Il est toujours présent, caché quelque part, dans le fond d’un placard, en haut d’un arbre, au plus profond d’une grotte. De sa cachette, il voit, il entend, il sent mais nous ne sommes pas conscients de sa présence.

Notre Critique Intérieur entre en action lorsque nous nous sentons vulnérables, lorsqu’il craint pour notre sécurité. Lorsque nous prenons en charge notre vulnérabilité, notre Critique Intérieur a moins besoin de le faire. Lorsque nous prenons davantage soin de nous, cela réduit son niveau d’angoisse. Lorsque nous prenons convenablement soin de notre Enfant Intérieur, notre Critique Intérieur peux arrêter de jouer son rôle de parent.

Notre Critique Intérieur a pris modèle sur des autorités extérieures et il s’est calqué sur le comportement de parents parfois abusifs. Si nos parents abusaient de leur autorité, notre Critique Intérieur nous maltraite aujourd’hui d’une façon très semblable. À un moment donné, notre Critique Intérieur a outrepassé les limites qui étaient les siennes au départ et s’est mis à vivre pour son propre compte d’une manière incontrôlable. Il est devenu un bourreau intérieur. Il a oublié son projet initial qui est de nous protéger des abus extérieurs et du coup il nous tyrannise, simplement parce que c’est ce qu’il sait faire.

> Notre Critique Intérieur est un incomparable comparateur.

La comparaison est l’une des nombreuses techniques utilisées par notre Critique Intérieur pour contrôler notre vie.

Nous comparer aux autres est l’une de ses méthodes les plus efficaces. Il le fait si automatiquement, si naturellement qui nous est difficile de nous en apercevoir si nous ne nous concentrons pas sur lui et si nous ne repérons pas sa manière d’utiliser les mots. Ce que nous ressentons généralement est un malaise, un sentiment de déprime ou d’inadéquation globale. Ce que nous pouvons entendre derrière ce malaise, ce sont ces comparaisons.

Nous comparer aux autres confère une grande autorité à notre Critique Intérieur. Il nous ressasse constamment les événements passés, nous remet en mémoire le moment ou telle personne a fait mieux que nous, ou telle autre avait meilleure allure que nous, ou encore celui ou telle autre a eu beaucoup plus d’aplomb que nous n’en aurons jamais. Il est vraiment difficile de préserver sa créativité face à un tel torrent de comparaisons et de négativité.

Souvenons-nous que notre incomparable comparateur nous oppose nous parties reniées. Nous sommes, par exemple, de tendance introvertie et si nous avons un ami plutôt extraverti, notre critique nous fera ce genre de commentaire : « Il est vraiment populaire. Tu devrais parler un peu plus. » Si nous connaissons une personne calme et paisible, notre critique bous dira « Tu parles à tort et à travers. Si seulement tu ressemblais un peu plus à lui. Il est toujours calme et réfléchi. »

Ce que nous renions en nous-mêmes correspond très exactement à certains traits de caractère des personnes qui vont venir vers nous. Ce que nous renions en nous, nous le retrouvons chez les autres et nous ressentons envers eux un très fort jugement négatif, ou au contraire une très forte attirance (jugement positif).

Quelles sont les personnes que notre Critique Intérieur utilise comme modèles ? Des membres de notre famille, des amis, des connaissances, des personnes que nous ne connaissons pas personnellement. Ces comparaisons occupent une part importante des programmes réguliers de « Radio Folie ». C’est en prenant conscience de ces personnes à qui nous comparons que nous pourrons nous séparer de notre Critique Intérieur et de l’incomparable comparateur qui nous dévalorisent constamment. Lorsque notre Critique Intérieur nous compare à quelqu’un d’autre, nous pouvons soit sombrer dans le sentiment d’être totalement inadéquats, soit apprendre à refuser d’entrer dans le jeu.

Maintenant que nous comprenons mieux comment fonctionne notre Critique Intérieur, comment réussir à l’apprivoiser ?

Notre Critique Intérieur a une grande capacité à nous rendre malheureux et inefficaces et pourtant il peut devenir un allié est un garde-fou lorsque nous apprenons à le reconnaître et à le gérer.

Il est impossible de satisfaire notre Critique Intérieur. Alors, comment ne pas entrer dans son jeu ?

Plus nous essayons de chasser nos co-personnalités qui nous dérangent, plus elles se renforcent. La stratégie à adopter et de laisser nos co-personnalités s’exprimer, comprendre qui elles sont, comment elles se sont développées, puis apprendre à s’en décaler et à les utiliser à bon escient. Chacune de nos co-personnalités se comporte comme de vraies personnes, avec leurs propres espoirs, sentiments et ambitions. La plupart ont leur propre opinion sur la manière dont nous devrions vivre notre vie.

Une chose est très importante à comprendre : les reproches de notre Critique Intérieur ne parlent pas de notre réalité mais de son inquiétude à lui. C’est souvent la vulnérabilité de notre Enfant Intérieur qui les met en route, une vulnérabilité dont nous ne sommes pas conscients ou que nous n’avons pas suffisamment prise en compte.

Dénigrer ou attaquer notre Critique Intérieur ne résout rien, il convient de considérer ses attaques comme des appels au secours et de les voir comme un signal d’alarme qui se déclenche en nous pour nous avertir d’un danger.

C’est une conversion du regard que nous devons porter sur notre Critique Intérieur : il s’agit de comprendre ses angoisses et ses peurs car ce sont elles qui motivent ses attaques.

Voici donc trois propositions pour apprivoiser notre Critique Intérieur :

  • Reconnaître sa voix,
  • Casser le cycle de la persécution,
  • Devenir un Bon Parent pour lui.

> Première proposition : reconnaître la voix de notre Critique Intérieur.

Commencer à entendre la voix de notre Critique Intérieur est la première étape pour le reconnaître et nous en décaler.

Le système de valeurs de nos parties primaires détermine le contenu spécifique des jugements de notre Critique Intérieur. Ainsi, lorsque nous nous séparons de nos parties primaires et développons un processus de Moi Conscient, nous n’avons plus besoin d’émettre autant de jugements pour nous sentir rassurés sur ce que nous sommes. Nous découvrons alors que notre Critique Intérieur commence à perdre une partie de son pouvoir.

Ce n’est pas le contenu des paroles de notre Critique Intérieur qui a de l’importance, c’est l’énergie derrière les mots qu’il est important de saisir. Pour soutenir le processus de séparation, nous devons aider notre Critique Intérieur à calmer son angoisse. En ne prenant pas ses affirmations au pied de la lettre, nous reprenons peu à peu notre objectivité, notre discernement et nous renouons avec notre créativité.

Se sentir jugé entraîne une grande vulnérabilité. Personne n’aime être critiqué. Cela provoque une sensation de honte, de culpabilité, l’impression que quelque chose menace l’estime que nous avons de nous-mêmes. En réponse à cette vulnérabilité, notre Critique Intérieur entre en action : une de ses principales fonctions, depuis notre plus tendre enfance, est de nous protéger des jugements extérieurs en nous critiquant le premier.

> Deuxième proposition : Casser le cycle de la persécution.

Notre Critique Intérieur ne connaît qu’une façon d’affronter la vie : critiquer et dénigrer.

Nous sommes les seuls à pouvoir nous sauver de son bombardement incessant de critiques destructrices. Une fois que nous avons reconnu la voix de notre Critique Intérieur sur les ondes de « Radio Folie », nous n’avons pas à écouter plus longtemps ce qu’il a à nous dire. Nous pouvons plutôt mobiliser notre énergie et nos compétences pour résoudre le problème en nous occupant de la source du malaise : le Critique Intérieur lui-même.

Notre Critique Intérieur a appris à être notre parent en écoutant nos parents. Pour sortir de ce cycle, la clé est de se différencier de l’énergie de notre Critique Intérieur. En nous démarquant de lui, nous allons pouvoir devenir un Bon Parent pour notre Enfant Intérieur. Jusqu’à maintenant, notre Critique Intérieur a été ce parent et il a été un parent parfois abusif, parce qu’il ne connaissait que ce comportement. Nous pouvons également devenir le parent de notre Critique Intérieur. Nous pouvons comprendre son angoisse derrière tous ses commentaires désobligeants et arrêter son discours incessant et destructeur.

Le processus de socialisation auquel pratiquement chacun d’entre nous a eu droit, entraîne le plus souvent une répression des émotions et des ressentis intenses. D’une façon générale, les énergies instinctives sont bloquées dans leur mouvement vers l’extérieur. Ainsi, au lieu de nous amener leur vitalité et leurs savoir-faire pour vivre dans le monde extérieur, ces énergies deviennent avec le temps de plus en plus fortes et négatives à l’intérieur de nous. Au final, cette somme d’énergie instinctives reniées qui n’a plus d’accès direct à l’extérieur devient une énergie qui se déverse dans le canal du Critique Intérieur. Celui-ci se charge alors de toute la puissance et de toute la rage de ces énergies instinctives reniées.

> Troisième proposition : Devenir un Bon Parent pour notre Critique Intérieur.

Lorsque nous nous décalons de notre Critique Intérieur et qu’un processus de Moi Conscient commence à émerger, nous pouvons entendre sa voix, écouter ses attaques, ressentir son désespoir et ne plus être identifiés à cette énergie, à sa vision, à ses sentiments.

Au début, nous pouvons seulement identifier sa voix, puis avec le temps, lorsque le processus de Moi Conscient se renforce, nous pouvons commencer à apporter certains changements à la situation.

Finalement, nous pouvons reconnaître la peine profonde, l’humiliation, l’angoisse, la vulnérabilité derrière la critique et commencer à devenir un Bon Parent pour notre Critique Intérieur.

« Que vont penser les autres ? »

C’est l’une des questions favorites de notre Critique Intérieur. Il va constamment observer les autres pour essayer de déterminer comment nous devrions être. Pour lui, il n’est pas question de tourner notre regard vers l’intérieur pour savoir ce qui est important pour nous en tant qu’être humain. Ce qui le préoccupe, c’est l’impression que nous allons faire sur les autres. Il n’est jamais question pour lui de satisfaire nos besoins intérieurs. Et c’est justement derrière cette préoccupation que se trouvent ses peurs. Il craint que nous ne soyons pas suffisamment aimés, que nous soyons abandonnés, humiliés, sans ressources… Il veut être certain que les autres nous approuvent, nous aiment, qu’ils seront là pour nous en cas de besoin. Parfois ce n’est pas tant l’affection qui l’intéresse, mais le pouvoir et l’admiration des autres. Notre Critique Intérieur espère que si nous sommes puissants, intéressants, brillants, les gens viendront à nous et que nous n’aurons plus à nous soucier de solitude ou d’abandon.

Accordons-nous la permission d’être ordinaires et arrêtons de nous illusionner sur notre véritable identité. Osons déjouer les jeux de notre ego !

Si nous décidons de vivre notre vie avec moins d’exigence, moins de pression pour réaliser des choses ordinaires, si étonner les autres ou les surpasser n’est plus notre objectif principal, nous aurons beaucoup plus d’énergie disponible pour faire de notre mieux. Nous ne passerons plus une grande partie de notre temps à nous considérer ce que font les autres et à jauger si c’est mieux ou moins bien que ce que nous faisons.

La prochaine fois que votre Critique Intérieur vous dira « Mais qu’est-ce que les gens vont penser ? », prenez un temps pour y réfléchir.

Qu’est-ce que les gens vont bien pouvoir penser ?

De quoi votre Critique Intérieur a-t-il peur ?

Que va-t-il se passer si les autres ont effectivement ses pensées ?

Prenez un moment pour réfléchir à l’importance de la réaction des personnes dans cette situation.

Et si cela n’avait pas tant d’importance ?

C’est l’opportunité de vous souvenir que la plupart du temps, les personnes s’en fichent. Elles sont, en général bien assez occupées avec leurs propres vies et leurs propres problèmes.

Après avoir pris en considération les réactions possibles des autres et leurs conséquences probables, réfléchissez à un autre aspect important :

Qu’est-ce que vous voulez ?

Quel est, pour vous, la meilleure chose à faire dans cette situation ?

Qu’est-ce qui vous semble le plus approprié ou le plus naturel ?

À présent, faites un choix qui inclut les deux considérations : ce que les autres vont penser et ce que vous désirez.

Allez Hop ! Je vous propose une petite introspection…

« Et si cela n’avait pas tant d’importance ? »

Prenez un moment pour penser à ce que ce serait d’être totalement libre de l’injonction « Qu’est-ce que les autres vont penser ? »

Prenez une feuille de papier et écrivez avec une couleur que vous n’utilisez pas d’ordinaire (cela peut être en rouge, en violet, en vert…) et écrivez « Si vraiment ça n’avait aucune importance pour personne, je … »

Jouez simplement avec cette idée. Il ne s’agit pas d’un programme pour transformer votre vie. C’est juste une occasion de vous amuser avec des idées nouvelles. C’est l’occasion de voir comment vous pourriez faire certaines choses différemment sans cette préoccupation de savoir quel est l’impact sur les autres de ce que vous faites et sur vos relations avec eux.

Pour nous aimer nous-mêmes, nous devons commencer par retirer à notre Critique Intérieur la charge de gérer notre image. Il n’existe pas d’autre chemin.

Lorsque notre Critique Intérieur n’est plus sans arrêt en train de nous mettre en pièces, nous avons la possibilité d’entretenir des relations beaucoup plus satisfaisantes avec nous-mêmes et avec les autres. Cela dépasse le cadre d’un travail psychologique, nous sommes dans le cadre d’un travail psycho-spirituel. Il s’agit de développer notre amour de nous-mêmes.

En guise de conclusion inachevée … développer notre Moi Conscient, encore et encore.

Notre Moi Conscient est cette part de nous qui se transforme constamment au fur et à mesure qu’elle prend conscience et fait l’expérience de nos différentes co-personnalités.

Notre Moi Conscient est notre capacité à prendre de la hauteur de vue et à considérer deux co-personnalités opposées (ou groupes de co-personnalités opposées) et à les intégrer.

Avec le développement d’un processus de Moi Conscient, nous pouvons nous décaler de nos parties primaires et commencer à découvrir et expérimenter consciemment nos parties reniées ou non développées. Ces autres parties sont très souvent une source d’équilibre pour nous. Lorsque nous devenons conscients de nos parties primaires, de nos parties reniées et non développées, nous pouvons accueillir les multiples contraires qui vivent en nous.

Nous pouvons apprendre à supporter la tension qu’engendrent ces opposés et nous sommes prêts pour un nouveau rôle : devenir le Chef d’Orchestre de toutes nos co-personnalités. Il s’agit d’apprendre à danser avec toutes ces énergies. Ce travail est extrêmement important, il s’agit d’assumer la responsabilité de toutes les parties de nous. Lorsque nous agissons ainsi, nous avons beaucoup plus de clarté dans les choix que nous posons.

Si cet article vous a plu, je fais l’hypothèse que vous apprécierez également ceux-ci sur cette même thématique :

Osez prendre soin de l’enfant intérieur en vous !

Osez écouter et laisser s’exprimer votre voix dorée pour rassurer votre voix sombre !

Osez un voyage à la rencontre de qui vous êtes véritablement !

Osez le Dialogue Intérieur avec vos co-personnalités pour mieux décider !

Bibliographie suggérée (parmi de nombreuses autres publications sur le Dialogue Intérieur) :

  •  « Accueillir tous ses Je » Hal et Sidra Stone – Warina Éditions
  • « Le critique intérieur » Hal et Sidra Stone – Warina Éditions
  •  « La vulnérabilité, clé des relations » Véronique Brard – Warina Éditions
  • « Coacher par les énergies. La voie directe de l’accompagnement relationnel » Jacques Laurent, Véronique Brard, Sabine Bataille, Sophie Berger, Loïc Déconche et Véronique Lours sous la direction de Jean-Marc Parizet Éditions Dunod
  •  « Faites les bons choix avec le Dialogue Intérieur »Isabelle Demeure – Éditions Leduc Pratique
  •  « Embrassez vos opposés » Pierre Cauvin et Geneviève Cailloux – Éditions Le souffle d´Or

Le site de Véronique Brard est richement documenté sur le Voice Dialogue : https://www.voice-dialogue-france.fr/ Vous y trouverez notamment des pépites sur la pratique du Dialogue Intérieur, la psychologie des co-personnalités et du Moi Conscient, le rôle du lien et des champs énergétiques dans toute relation et le rôle des rêves dans le processus de transformation.

Et vous … Quelle relation avez-vous avec votre Critique Intérieur ? Comment l’apprivoisez-vous au quotidien ?
Vos retours d’expériences, commentaires et questionnements sont les bienvenus dans l’onglet en bas de cet article.
Si vous souhaitez savoir comment je peux vous accompagner pour apprivoiser votre Critique Intérieur et mieux dialoguer avec vos co-personnalités, sentez-vous libre de me contacter. Nous échangerons sur vos intentions, vos difficultés et vos ambitions.
#OVPCritiqueInterieur
#OVPDialogueInterieur
#OVPVoiceDialogue
#OVPCoPersonnalites
#OVPSousPersonnalites
#OVPSubPersonnalites
Crédit photo : « De l’abime à l’azur » Paora Toi Te Ranguaia (Nouvelle Zélande) – Les Lapidiales – 17350 Port d’Envaux

Téléchargez mon pedigree

Laurent Claret

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

4 Commentaires

  1. Baimanga saidou fulbert

    Vos articles sont d’une importance capitale pour moi personnellement . Ils me parlent et me touchent au fond de moi . Je vous en remercie beaucoup pour les efforts que vous deployez pour la rédaction des ces articles.

    Réponse
    • Laurent Claret

      Merci de votre feedback. Je suis touché et cela nourrit mon élan de transmission.

      Réponse
  2. Stéphanie

    « Si nous décidons de vivre notre vie avec moins d’exigence, moins de pression pour réaliser des choses ordinaires, si étonner les autres ou les surpasser n’est plus notre objectif principal, nous aurons beaucoup plus d’énergie disponible pour faire de notre mieux. » Merci Laurent pour cet article très clair et essentiel ! Pour ma part j’ai un jour collé sur mon frigo un post-it où il est écrit « Et alors ? » ça me fait beaucoup de bien de l’avoir souvent sous les yeux, ça fait baisser la pression !

    Réponse
    • Laurent Claret

      Bonjour Stéphanie,

      J’aime bien la puissance de ce « Et alors ? »

      J’aime aussi celle de « Cela aussi passera. »

      J’aime les contes et les légendes pour leur sagesse accessible au plus grand nombre et dès le plus jeune âge, alors je partage avec vous l’histoire de ce Roi qui s’adressa aux sages de sa cour …

      « Je possède une bague avec l’un des plus beaux diamants du monde et je veux cacher un message sous la pierre qui puisse être utile en cas de désespoir. Je donnerai cette bague à mes héritiers et je veux qu’elle les serve fidèlement. Venez avec un message à inscrire sous le diamant. Il doit être court pour tenir sur la bague. »

      Les sages savaient comment rédiger des traités mais ne pouvaient pas s’exprimer en une courte phrase. Ils travaillèrent dur mais ne trouvèrent rien. Le roi se plaignit de l’échec de son entreprise auprès d’un vieux serviteur fidèle qui l’avait élevé dès l’enfance et faisait partie de la famille. Et le vieil homme lui répondit :

      « Je ne suis pas un sage et je ne suis pas éduqué, mais je connais un tel message. Pendant mes nombreuses années passées au palais, j’ai rencontré beaucoup de gens. Une fois, j’ai servi un mystique en visite que votre père avait invité et il m’a transmis ce message. Il suffit de ne pas le lire, de le mettre sous la pierre à l’intérieur de l’anneau et de le lire uniquement lorsqu’il n’y a aucun moyen de s’en sortir. »

      Le roi écouta alors le vieux serviteur.

      Après un certain temps, des ennemis attaquèrent le pays et le roi perdit la guerre. Il s’enfuit sur son cheval et les ennemis le poursuivirent. Il était seul, ils étaient nombreux. Il arriva jusqu’au bout de la route, le sommet d’une grande falaise devant lui. S’il tombait ce serait la fin. Il ne pouvait plus revenir en arrière, alors que les ennemis approchaient. Il entendait déjà le cliquetis des sabots de leurs chevaux. Il n’avait aucun moyen de s’en sortir. Il était désespéré.

      Puis il se souvint de l’anneau. Il l’ouvrit et trouva sous la pierre une inscription de trois mots : « Cela aussi passera. »

      Après avoir lu le message, il sentit que tout s’était calmé. Les poursuivants semblaient s’être perdus et avoir pris une mauvaise direction. On n’entendait plus les chevaux.

      Le roi était empli de gratitude envers le serviteur et le mystique inconnu. Les mots étaient puissants. Il ferma le diamant et prit la route. Il rassembla son armée et a reconquit son royaume.

      Le jour de son retour au palais, un accueil somptueux fut organisé pour lui – une célébration dans tout le pays. Les habitants aimaient leur roi. Le roi était heureux et fier.

      Le vieux serviteur s’approcha alors de lui et dit doucement : « Même ce moment passera. Regardez à nouveau le message. »

      « Maintenant, je suis le gagnant. Les gens célèbrent mon retour, je ne suis pas désespéré. » assena le roi.

      « Cela ne fonctionne pas seulement dans les mauvais moments mais aussi dans les bons. » répondit le serviteur.

      Le roi ouvrit l’anneau de nouveau et lut : « Cela aussi passera. ».

      Et encore une fois, il sentit le silence tomber sur lui, bien qu’il fût au milieu d’une foule dansante et bruyante. Les sentiments de fierté et de droiture disparurent. Il avait compris le message. C’était un homme sage.

      En le vieux serviteur dit : « Vous souvenez-vous de tout ce qui vous est arrivé ? Rien n’est éternel. Aucun sentiment ne reste. Alors que la nuit remplace le jour, des moments de joie et de désespoir se remplacent aussi. Acceptez-les comme la nature des choses, comme faisant partie de la vie. »

      Cela aussi passera.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.