Osez l’écoute profonde dans la relation d’aide !

Écrit par Laurent Claret

01/02/2022

Et s’il s’agissait d’offrir à la personne accompagnée une posture « en creux » pour accueillir son « trop-plein » ?

Et s’il s’agissait d’être présent dans une non-intentionnalité et l’accueil de ce qui est ?

Et s’il s’agissait …

En guise d’introduction …

Ma croyance et mon expérience en tant qu’accompagnant est qu’une personne qui se sent écoutée et comprise fait d’elle-même le tour de sa problématique et trouve elle-même les réponses à ses questions, les solutions à ses difficultés, préoccupations ou projets.

Mon intention est d’accompagner en profondeur grâce à une présence attentive et aimante.

Accompagner en profondeur, c’est accompagner depuis la profondeur de soi-même. Accompagner en profondeur, c’est offrir à la personne accompagnée une posture « en creux » pour accueillir son « trop-plein ».

« Chaque patient porte son propre médecin en lui. Il vient à nous sans connaitre cette vérité. Nous excellons lorsque nous offrons au médecin qui réside en chaque patient l’occasion de se mettre au travail. »

Docteur Albert Schweitzer – Prix Nobel de la Paix en 1952

En guise de développement …

Dans ce court article sur ce vaste sujet de l’écoute profonde dans la relation d’aide, je partage avec vous mes explorations et mes expérimentations. Ce n’est que ma vérité. Je vous invite à accueillir ma vérité comme une invitation à explorer et à expérimenter par vous-mêmes. Je suis curieux de connaître votre vérité et vos bonnes pratiques en la matière.

A ma connaissance et de mon expérience, la « recette » d’une écoute profonde est constituée de plusieurs « ingrédients » en termes de savoir-être chez l’accompagnant(e) : l’authenticité, l’écoute empathique, l’ouverture, la suspension de jugement, la sensibilité, la patience, l’acceptation du non-changement, la capacité à plonger régulièrement dans le silence intérieur, la capacité à cultiver le vide fertile, la capacité à être dans une non-intentionnalité et la conscience d’accompagner en présence(s).

En fin d’article, vous trouverez de nombreux liens si vous souhaitez approfondir les 11 ingrédients d’une écoute profonde rapidement mentionnés ci-dessous.

L’authenticité de l’accompagnant(e).

Il s’agit pour l’accompagnant(e) d’oser tomber les masques pour se présenter à la personne accompagnée le plus authentiquement possible.

Cette authenticité est subordonnée à la capacité à reconnaitre pleinement et au courage d’accueillir inconditionnellement sa puissance et sa vulnérabilité, ses talents, ses compétences et ses limitations (ses zones d’incompétences) en tant qu’individu et en tant qu’accompagnant(e).

L’écoute empathique.

Chère à Carl Ransom Rogers (père de l’Approche Centrée sur la Personne), l’écoute empathique est la compréhension d’une situation, non pas depuis le propre cadre de référence de l’accompagnant, mais depuis celui de la personne accompagnée.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) d’adopter une écoute décentrée pour lui permettre de se centrer sur la personne accompagnée.

L’ouverture.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) d’avoir la curiosité de découvrir la personne accompagnée (sa vision du monde et son cadre de référence notamment).

La suspension de jugement.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) d’être dans l’accueil inconditionnel de la personne accompagnée.

La sensibilité.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) de se servir de sa sensibilité pour réguler le rythme de ses interventions pour que celles-ci soient assimilables pour la personne accompagnée.

La patience.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) de permettre à la personne accompagnée de cheminer à son rythme.

L’acceptation du non-changement chez la personne accompagnée.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) d’accepter que la personne accompagnée choisisse (consciemment ou inconsciemment) de ne pas changer alors que sa demande est d’être aidée pour arriver à changer.

En ce qui me concerne, je me rappelle régulièrement que j’ai le devoir d’emmener le cheval à la rivière mais que je n’ai pas le pouvoir de le faire boire. A partir du moment où je suis dans cette acception, je suis en capacité d’identifier la fonction utile de ce choix (conscient ou inconscient) de non-changement de la part de la personne que j’accompagne (notamment les besoins satisfaits dans la situation actuelle de non-changement).

Chez la personne accompagnée, la première étape d’un processus de changement est l’envie de changer (souvent consécutive à la conscience d’un besoin de changement). L’étape suivante est l’acceptation du non-changement qui lui permettra d’identifier ses besoins à satisfaire pour qu’elle puisse véritablement enclencher un changement de croyances et de comportements.

La capacité à plonger régulièrement dans le silence intérieur.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) de faire suffisamment silence en lui-même / en elle-même pour faire vivre à la personne accompagnée une métamorphose.

C’est la capacité à développer une écoute réceptive : un minimalisme très respectueux de l’espace de la personne accompagnée. Moins de mots, une présence bien plus profonde caractérisée par des silences bien plus longs qui aident la personne accompagnée à plonger dans sa profondeur, dans son propre silence intérieur.

Cela passe pour l’accompagnant(e) par une connexion à l’instant présent (ici, maintenant, ce moment) : offrir une disponibilité totale, pratiquer l’art de ne (presque) rien faire et de ne plus penser.

La capacité à cultiver le « vide » fertile.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) de se mettre dans la disposition d’être un réceptacle pour accueillir le trop-plein de la personne accompagnée.

En ce qui me concerne, j’ai la conscience que je suis bien plus qu’un corps physique et une psyché. J’ai la conscience que tout est vibration, fréquence, énergie. J’ai la conscience que le « vide » est plein d’énergie et d’information.

Notre corps physique est constitué à plus de 70% d’eau. Il contient 30 000 milliards de cellules, 100 000 milliards de bactéries et plusieurs milliards de milliards de molécules. Chacune de nos molécules est composée de plusieurs atomes. Un atome est formé de 0,0001% de matière (le noyau et les électrons) et de 99,9999% de vide. La physique quantique a désormais prouvé que ce vide est en réalité rempli d’énergie et d’information. Nous sommes donc composés de 99,9999% d’énergie et d’information.

La transformation, voire la métamorphose, de la personne accompagnée se déroule dans le creuset de ce « vide », dans ce réceptacle que l’accompagnant(e) contribue à créer, à l’image de l’athanor des alchimistes.

« Offrir un moment d’écoute magique. Quel beau cadeau à offrir à autrui qu’un vrai moment d’écoute ! Imaginez-vous tous deux enveloppés d’une bulle de lumière et d’amour et entourés par vos alliés spirituels invisibles. Considérez-vous vous-même comme un réceptacle, comme une coupe prête à accueillir tout ce que l’autre personne souhaite partager avec vous, dans la plus grande ouverture. Puis, écoutez. Écoutez de tout votre être : avec votre intellect, mais surtout avec votre cœur, avec votre âme, et même avec votre corps, en observant vos sensations et ressentis intérieurs. Imaginez que par votre écoute totale, vous permettez progressivement à l’être profond de votre vis-à-vis de se révéler, d’être vu, entendu … reconnu. Laissez l’autre s’exprimer jusqu’à ce que, tout naturellement, s’instaure à la fin un silence plein, un silence apaisé, agréable, qui n’appelle plus rien d’autre à ajouter. Avec un peu de pratique, vous développerez ainsi des oreilles magiques ! »

Olivier Clerc « Magiciens du quotidien »

La capacité à être dans une non-intentionnalité.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) de ne pas avoir de projet pour la personne accompagnée, de ne pas avoir une intention de transformation, de métamorphose, de guérison, de laisser faire.

C’est avec cet état d’esprit que l’accompagnant(e) peut laisser œuvrer son guérisseur intérieur qui à son tour va réactiver le guérisseur intérieur de la personne accompagnée. Jean Monbourquette a magnifiquement parlé de ce guérisseur à l’œuvre dans son ouvrage « Le guérisseur blessé ».

L’intelligence de soi et la conscience d’accompagner en présence(s) : être dans la conscience de qui est là lorsque l’accompagnant accompagne.

Il s’agit pour l’accompagnant(e) d’écouter la personne accompagnée en étant conscient(e) des parts de lui-même / d’elle-même qui sont là quand il / elle accompagne et qui peuvent interférer dans la qualité de son écoute.

Qui est là lorsque j’accompagne ? Le Sauveur ? Le Perfectionniste ? L’explorateur ? Le Spichologue ? Le Rationnel ? Le Sage ? Le Pédagogue ? …

Il s’agit pour l’accompagnant(e) d’écouter la personne accompagnée en se laissant traverser par le mouvement de la Vie, par l’Intelligence Universelle à l’œuvre, par le Grand Mystère de la Vie, par plus-grand-que-soi, nommez-le comme vous voulez.

En guise de conclusion inachevée …

Si en tant que professionnel(le) de la relation d’aide ce court article sur ce vaste sujet de l’écoute a résonné en vous, je vous invite à lire d’autres articles en lien avec ce thème dont je fais l’hypothèse qu’ils pourront vous fournir des pistes de réflexions, d’explorations et d’expérimentations :

Osez l’écoute réceptive et le silence intérieur !
Osez faire silence pour faire vivre une métamorphose !
Osez l’alliance qui guérit dans la relation d’aide !
Osez l’écoute empathique, l’authenticité et le non-jugement dans la relation d’aide !
Osez l’empathie !
Osez l’authenticité en tombant les masques !
Osez le Dialogue Intérieur pour mieux être en relation avec vos sous-personnalités !
Osez la non-intentionnalité dans la relation d’aide !
Et vous, en tant que professionnel(le) de la relation d’aide, quelles sont vos bonnes pratiques en matière d’écoute profonde des personnes que vous accompagnez ?
Vos retours d’expériences, commentaires et questionnements sont les bienvenus dans l’onglet en bas de cet article.
Si vous souhaitez savoir comment je peux vous accompagner sur votre chemin de professionnalisation dans le cadre d’une Supervision Systémique, Analytique et Didactique, sentez-vous libre de me contacter.
#OVPEcouteProfonde
#OVPEcouteRelationAide

Téléchargez mon pedigree

Laurent Claret

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Osez être personne source !

Osez être personne source !

Source, Personne source et Principes source. Un regard inspirant et libérateur sur le management et la vie grâce aux...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.