La confiance sinon rien.

Écrit par Laurent Claret

22/02/2018

La confiance à tous les étages de la fusée est le socle du faire ensemble.

Régulièrement, les leaders, les dirigeants et les managers que j’accompagne me demandent quels sont les ingrédients essentiels qui font qu’une équipe est performante.

Invariablement, je leur réponds qu’à mon sens il y en a trois : la confiance, la confiance et la confiance.

En général, la question qui suit est : Comment se construit la confiance ?

Alors je leur réponds que les ingrédients de la recette de la confiance sont au nombre de trois. Ce ne sont ni des outils, ni des méthodes, mais des savoir-être (des « soft skills » comme les nomment les anglo-saxons) : ce sont l’authenticité, la bienveillance et la responsabilité.

Pourquoi la confiance, la confiance et la confiance ? Parce que le triple lien de confiance est le socle du faire ensemble.
  • Confiance en l’autre : en lâchant ma volonté qu’il ou elle agisse comme je le souhaiterais et en faisant confiance dans le fait qu’il ou elle fera au mieux et d’une bonne façon.
  • Confiance en la Vie : en lâchant mes résistances qui me poussent au contrôle de la situation, pour tendre vers l’acceptation de ce qui est afin de laisser émerger les solutions collectives.
  • Confiance en moi : en restant centré sur mes ressentis, en « tenant » avec calme et détermination quand je sens que je suis dans la justesse, ne pas lâcher mon JE quand c’est mon intuition qui me donne la direction.
« Faire Confiance c’est expérimenter le mouvement vivant entre Lâcher & Tenir. »

Voyons maintenant quels sont les ingrédients de la recette de la confiance.

L’authenticité.

L’authenticité consiste à oser se montrer à la fois dans sa puissance et dans sa vulnérabilité.

Chaque membre de l’équipe est conscient de ses forces (qualités, talents, compétences, valeurs, croyances aidantes) et en même temps conscient des forces de tous les autres membres de l’équipe.

Chaque membre de l’équipe choisit courageusement de tomber le masque de la toute-puissance illusoire qui ne rassure personne et provoque même l’effet inverse. Will Schutz le disait très justement « une équipe performante est une équipe dont les membres osent dire leurs besoins et leurs peurs. » L’authenticité est un cadeau réciproque dans la mesure où chacun pourra par exemple s’autoriser à demander du soutien aux autres membres de l’équipe sans crainte d’être jugé incompétent.

« L’enfant pense qu’en grandissant il deviendra invulnérable. Grandir, c’est accepter la vulnérabilité. Être vivant, c’est être vulnérable. »

Madeleine L’Engle

Oser expérimenter le pouvoir de la vulnérabilité. C’est lorsque nous osons nous montrer vulnérables que nous sommes véritablement en relation avec nous-mêmes et avec les autres. C’est lorsque nous avons le courage d’être authentiques, de dire notre vérité, de nous montrer tels que nous sommes, que nous créons de la confiance dans la relation. Quand nous osons nous montrer vulnérables, nous dévoilons notre vraie personnalité, la confiance nous gagne, l’humilité et l’empathie dont nous faisons preuve profitent à tout le monde. C’est alors que nos relations avec les autres s’enrichissent de même que la qualité de notre vie.

« Moi dans tout cela ? J’étais heureux. Plus j’osais être moi, plus je me recentrais sur ma zone de responsabilité : m’ouvrir au monde, me projeter dans des enjeux stratégiques pour avoir un coup d’avance et écouter les collaborateurs et les clients. Plus je créais un environnement nourri de confiance, d’audace et d’autonomie, plus je permettais à chacun de prendre des décisions justes et créatrices de valeur. Et d’une certaine manière, je permettais à chacun de contribuer à quelque chose de plus grand que soi, voire de se réaliser. »

Nicolas Hennon (ex DG Kiabi)

La bienveillance.

La bienveillance consiste tout d’abord pour chaque membre de l’équipe à suspendre son jugement lorsqu’il est – a priori – négatif. Je dis bien « suspendre » car il est impossible de ne pas juger l’autre.Nous jugeons les actes et les paroles des personnes avec qui nous sommes en relation depuis notre cadre de référence (nos valeurs, nos croyances, nos traditions …). Prendre – a minima – le temps de trois profondes et amples respirations avant de réagir au stimulus qu’est le comportement de l’autre donne un espace à la bienveillance.

« Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace. Dans cet espace, se trouve notre pouvoir de choisir notre réponse. Et dans notre réponse, se trouve notre croissance et notre liberté. »

Victor E. Frankl

La bienveillance consiste également à dire le bien et le beau que chaque membre de l’équipe voit chez les autres membres. Les signes de reconnaissance en général, les encouragements et félicitations en particulier, vont nourrir l’estime de chacun et faire grandir la confiance en chacun.

La bienveillance s’éprouve dans la confiance que chaque membre de l’équipe va tout faire pour réussir (pas dans le fait qu’il va réussir). C’est une confiance dans l’être, pas dans le faire. Si la confiance est accordée jusqu’au bout, chaque membre de l’équipe aura tendance à se montrer digne de cette marque de reconnaissance, surtout en situation de crise.

La responsabilité.

La responsabilité consiste pour chaque membre de l’équipe à assumer les conséquences (positives et négatives) de ses choix et à être redevable de ses engagements. Lorsque chacun sait qu’il peut compter sur les autres membres de l’équipe et que les objectifs collectifs priment sur les objectifs personnels, la confiance générée libère les énergies individuelles au service de la performance d’équipe.

« Une équipe n’est pas un groupe de personnes qui travaillent ensemble. Une équipe est un groupe de personnes qui se font confiance mutuellement. »

« A team is not a group of people who work together. A team is a group of people who trust each other. »

Simon Sinek

Le mot de la fin (à nouveau) à Will Schutz …

« J’ai d’abord cru qu’une équipe performante était celle qui avait un bon chef. Puis j’ai cru qu’une équipe performante était celle qui avait des buts clairs. Puis j’ai cru qu’une équipe performante était celle qui n’avait pas trop de conflits. Puis j’ai cru qu’une équipe performante était celle dont les membres n’étaient pas trop différents. J’en arrive à la conclusion que pour qu’une équipe soit performante, il faut qu’elle ose dire ses peurs et ses besoins et qu’elle renonce à avoir raison a priori. »

William Schutz (1925 – 2002, psychologue américain)

Oser dire ses peurs et ses besoins, c’est oser se montrer vulnérable. Et pour oser se montrer vulnérable, il est nécessaire de se sentir en confiance.

Pour qu’une équipe soit performante, il faut de la confiance à tous les étages de la fusée. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Dans cet article, il a été question de confiance dans les autres. Dans la série « Confiance en soi » vous pouvez lire :

Vous manquez de confiance en vous. De quelle type de confiance s’agit-il ?

Vous souhaitez développer votre confiance en vous … un peu ? beaucoup ? passionnément ?

La confiance ne se décrète pas, elle se muscle.

#OVPConfiance
#OVPLaConfianceSinonRien
#OVPEquipePerformante

Téléchargez mon pedigree

Laurent Claret

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Osez surfer votre vie !

Osez surfer votre vie !

En guise d'introduction ... Parmi les nombreux livres et romans de développement personnel que j’ai lus depuis un...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *