Osez une conversion du regard avec une Démarche Appréciative : passez du SWOT au SOAR.

S’appuyer sur les forces fait la différence dans la transformation des organisations, des équipes et des personnes.

Qu’est-ce qu’une Démarche Appréciative ?

C’est faire le choix conscient d’amplifier les « points verts » (ce qui fonctionne) avant de vouloir éliminer les « points rouges » (ce qui dysfonctionne).

C’est l’opportunité de conduire le changement (individuel ou collectif) en s’appuyant sur les réussites, sur ce qui fonctionne déjà, sur les forces, les talents et les résultats déjà obtenus.

C’est une approche basée sur les ressources pour l’apprentissage et le changement.

  • Appreciate = être reconnaissant pour quelque chose, estimer, être pleinement conscient de, valoriser, augmenter en estime.
  • Inquiry = enquêter, rechercher, questionner dans le but d’apprendre et de changer, identifier l’ADN des forces et réussites à partir des succès passés, identifier des projets et des rêves « attractifs » à accomplir.

Ce qui nous manque pour réussir     >>>>>    Ce qui est disponible pour réussir

L’état d’esprit appréciatif, c’est l’exploration intentionnelle et obsessionnelle des ressources passées, présentes et futures. C’est s’émerveiller de ce qui est disponible et l’amplifier.

« Les individus et les organisations s’épanouissent lorsque les gens voient ce qu’il y a de meilleur en eux, lorsqu’ils partagent leurs rêves et leurs préoccupations de façon positive, lorsqu’ils rassemblent leurs voix dans une même direction pour créer, non seulement de nouveaux mondes, mais de meilleurs mondes ». David Cooperrider (créateur de la Démarche Appréciative)

Qu’est-ce qu’un Leader Appréciatif ?

« The task of leadership is to create an alignment of strengths so that our weaknesses become irrelevant. » Peter Drucker

« La tache du leader est de créer un alignement de forces afin que nos faiblesses deviennent inopérantes. » Peter Drucker

Comment s’appuyer sur les Forces fait la différence dans la transformation des organisations ?

Et si vous faisiez le choix d’une conversion du regard dans la méthode de diagnostic ?

Il s’agit globalement d’apprendre à développer un regard appréciatif sur soi-même, sur les personnes de son écosystème et sur les bonnes pratiques au sein de l’organisation.

La plupart du temps, les diagnostics et les audits réalisés au sein des organisations mesurent les écarts entre ce qu’il « faudrait », l’attendu et ce qui est. L’analyse de ce qui dysfonctionne et des non conformités donne lieu à un plan d’actions correctrices. L’organisation est vue comme une liste d’écarts à combler entre la norme (ou le souhaité) et l’existant. Même si les solutions pour résoudre les dysfonctionnements sont bien pensées, l’effet produit est généralement démotivant. Les actions correctrices tardent à être mises en place et les résultats se font attendre.

L’intention d’un diagnostic appréciatif est de comprendre ce qui fonctionne pour l’amplifier et résoudre par là-même les « dysfonctionnements ». Une approche appréciative, basée sur les forces, permet de générer un état d’esprit positif (de l’espoir, voir de l’enthousiasme) et d’obtenir des transformations plus rapides grâce à une multitude de petites actions mises en place rapidement qui produisent des résultats pérennes en termes de performance globale et de qualité d’ambiance au travail.

Dans un monde qui bouge vite, nous avons généralement tendance à nous focaliser sur nos manques. Notre culture nous y conduit assez immanquablement tant dans ses croyances que dans ses pratiques.

Dans les organisations, le SWOT (Strengths – Weaknesses – Opportunities – Threats) est généralement utilisé lorsqu’il est question de se lancer dans un nouveau projet ou d’élaborer une feuille de route stratégique. Sur quelles lettres du SWOT les acteurs du changements passent généralement le plus de temps ? Sur le W et le T : les faiblesses et les menaces.

Le SOAR (Strengths – Opportunities – Aspirations – Results) – conçu par Jacky Stavros – provoque une conversion du regard : il s’agit de s’intéresser avant tout aux « points verts » et d’y consacrer le temps et l’énergie nécessaire plutôt que de se focaliser sur les « points oranges ou rouges ».

La méthode SOAR permet d’enquêter, de questionner sur ce qui a fonctionné par le passé et fonctionne aujourd’hui, de collecter les expériences réussies pour voir comment amplifier les facteurs clés de réussite identifiés pour soutenir le futur désiré et obtenir des résultats tangibles.

> Tout ce qui fait les forces, les atouts et les ressources de l’organisation (Strengths)
> Les opportunités à saisir pour réussir une transformation positive (Opportunities)
> Les aspirations, les meilleurs espoirs, le futur désiré des acteurs du changement (Aspirations)
> Les résultats stimulants souhaités par les acteurs du changement (Results)
Et si vous commenciez à faire différemment en considérant d’abord et avant tout vos ressources (vos forces, vos points de solidité), vos opportunités et vos aspirations ?
Alors, que choisirez-vous d’explorer lors d’un prochain diagnostic ? Ce que vous souhaitez développer où ce que vous souhaitez voir disparaître ?

Si vous souhaitez en savoir plus sur la Démarche Appréciative …

Je vous propose une sélection de lectures qui m’ont inspiré :

  • « AI 5 – Comment déployer la pleine puissance de l’Appreciative Inquiry. » Claire LUSTIG, David SHAKED & Bernard TOLLEC – Éditions AI 5 Publishing
  • « Le coaching avec la méthode Appreciative Inquiry. Conduire le changement en s’appuyant sur les réussites. » Jean PAGÈS – Éditions Eyrolles (Démarche Appréciative)
  • « La Joie : comment la vivre au quotidien – Découvrez les principes de la Démarche Appréciative. » Jackie KELM – Éditions Le Souffle d’Or
  • « Appreciative Living – The principles of Appreciative Inquiry in Personal Life. » Jackie KELM – Venet Publishers
Quels types d’interventions de la part d’un coach « appréciatif » ?

Classiquement pour des accompagnements au changement avec les 5 étapes de la Démarche Appréciative : un coaching d’équipe d’une dizaine / douzaine de personnes (Codir, Comex, Copil, Coproj …) avec par exemple l’intention de les faire accoucher d’une vision partagée et de plans d’actions à déployer (postérieurement au séminaire). Temps d’intervention : 2 jours.

En complément des approches traditionnelles par la résolution de problèmes, l’Appreciative Inquiry centre l’attention des parties prenantes du projet et fait reposer le changement nécessaire sur les réussites, les acquis et les énergies positives de l’entreprise. La Démarche Appréciative est également très utile dans le cadre de d’un diagnostic social ou organisationnel, d’un séminaire de cohésion d’équipe, d’un accompagnement de la transformation d’une organisation.

Je suis certifié en Appreciative Inquiry par Turningpoint (Bernard Tollec & David Shaker). Si vous souhaitez clarifier ce qu’une Démarche Appréciative pourrait apporter à votre équipe ou à votre organisation, sentez-vous libre de me contacter pour en discuter.

#OVPAppreciativeInquiry
#OVPDemarcheAppreciative
#OVPLeaderAppreciatif
#OVPSOAR
#OVPMakeOurOrganizationsGreatAgain

Téléchargez mon pedigree

Laurent Claret

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Psychanalyser les organisations.

Psychanalyser les organisations.

"Psychanalyse des organisations. Théories, cliniques, interventions." de Gilles Arnaud, Pascale Fugier et Bénédicte...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *