Osez la non-intentionnalité dans la relation d’aide !

Écrit par Laurent Claret

03/06/2015

La légende de « L’Art du Chat Merveilleux »

ou la victoire de la non-intentionnalité sur le physique, le psychique et le cœur.

En guise d’introduction …

La non-intentionnalité … Kesako ?

Pour un professionnel de la relation d’aide (coach, thérapeute, mentor, médiateur …), la non-intentionnalité c’est ne pas avoir de projet pour la personne accompagnée.

En ce qui me concerne, il s’agit d’oublier ma technique de praticien en coaching, thérapie, supervision et Reiki, d’abandonner toute intention, de (juste) être en présence de ce qui est et de laisser agir le Grand Mystère de l’Univers.

« La technique est l’ensemble de ce qu’il faut savoir pour échapper à la technique. Ne cherche plus à raisonner. Cherche la résonance : thermique, physique, spirituelle. Cherche ce point d’extrême disponibilité. »

Alain Damasio « Les Furtifs »

Pour le dire autrement, la non-intentionnalité c’est adopter une posture « en creux » qui crée du vide, qui accueille le « plein » de mon client et qui laisse agir plus-grand-que-moi pour le plus grand bien de la personne que j’accompagne.

« J’ai l’impression que mon esprit est entré en contact avec celui de l’autre, que notre relation se dépasse elle-même et s’intègre dans quelque chose qui la transcende et qu’adviennent alors, dans toute leur profondeur, l’épanouissement, le salut et l’énergie. »

Carl Ransom Rogers « L’approche centrée sur la personne »

En guise de développement …

Cette légende de l’école d’escrime d’Ittō-Ryū (« l’école du sabre unique ») m’inspire au quotidien dans ma pratique de l’accompagnement.

Il était une fois un maître d’escrime du nom de Shoken. Dans sa maison, un gros rat causait du désordre. Même en plein jour, il courait partout. Un jour, le maître de maison l’enferma dans sa chambre et dit à son chat domestique de l’attraper. Mais le rat lui sauta à la gorge et le mordit si cruellement qu’il se sauva en miaulant très fort. Ensuite Shoken amena plusieurs chats du voisinage réputés pour leur grande vaillance et les fit entrer dans la chambre. Le rat était assis, ramassé sur lui-même dans un coin et dès que l’un des chats l’approchait, il lui sautait dessus, le mordait et le faisait fuir. Le rat avait un air si féroce qu’aucun chat n’osait l’approcher à nouveau. Alors le maître de maison se mit en colère et courut lui-même après le rat pour le tuer. Mais celui-ci évitait tous les coups du savant maître d’escrime qui cassa portes, shojis, karamis et autres objets, tandis que le rat fendait l’air, rapide comme l’éclair, esquivant chacun de ses mouvements. Enfin, lui sautant au visage, il le mordit.

Finalement, ruisselant de sueur, Shoken appela son serviteur. « Il paraît, dit-il, qu’à six ou sept cho d’ici, vit le chat le plus vaillant du monde. Va et ramène-le ! »

Le serviteur apporta le chat. C’était en fait une chatte qui ne semblait pas bien différente des autres chats. Elle n’avait l’air ni particulièrement intelligente, ni particulièrement dangereuse. Aussi le maître d’escrime ne lui fit-il pas particulièrement confiance. Néanmoins, il lui ouvrit la porte et la fit entrer. Calme et silencieuse, comme si elle ne s’attendait à rien de particulier, la chatte s’avança dans la pièce. Le rat eut un sursaut et ne bougea plus. La chatte en toute simplicité s’approcha lentement de lui, le prit dans sa gueule et le porta dehors.

Dans la soirée, les chats battus se réunirent dans la maison de Shoken. Respectueusement, ils offrirent à la vieille chatte la place d’honneur, s’inclinèrent devant elle et dirent modestement : « Tous, nous avons la réputation d’être vaillants. Nous sommes entraînés dans cette voie et nous avons aiguisé nos griffes afin de vaincre n’importe quel rat, même des loutres ou des belettes. Jamais nous n’aurions cru qu’il pût exister un rat aussi fort. Par quel art l’avez-vous vaincu si facilement ? N’en faites pas un secret, dites-le nous ! »

La vieille chatte rit et dit : « Vous autres, jeunes chats, tout en étant assez vaillants, vous ignorez la vraie Voie. C’est ainsi que vous manquez la réussite quand vous vous trouvez en face de quelque chose dont vous n’aviez aucune idée. Mais d’abord, dites-moi comment vous vous êtes entraînés ? »

Un chat noir s’approcha et dit : « Je suis issu d’une lignée célèbre en capture de rats. Aussi je décidais de poursuivre dans cette voie. Je sais sauter des paravents hauts de deux mètres. Je sais m’insérer dans un trou minuscule où seul un rat peut se glisser. Tout petit, je me suis exercé dans tous les arts acrobatiques. Même si, sortant du sommeil, quand je ne suis pas encore tout à fait présent, au moment où je rassemble mes esprits, je vois un rat courir sur une poutre, d’un saut je m’en empare. Mais ce rat était le plus fort que j’ai jamais rencontré et j’ai subit la plus épouvantable défaite de ma vie. »

La vieille chatte dit : « Ce en quoi tu t’es exercé n’est rien d’autre qu’une technique, un art purement physique (shosa). Quand les anciens enseignèrent la technique, c’était pour eux une des formes de la Voie (michisuji). Leur technique était simple mais enfermait en son sein la plus haute sagesse. Le monde d’aujourd’hui s’occupe uniquement de technique. Certes, beaucoup de choses furent inventées ainsi d’après la recette : « A condition de faire ceci ou cela, on obtient ceci ou cela. » Mais qu’obtient-on ? Rien que de l’habileté. En abandonnant la Voie, on instaura, par usage de l’intelligence jusqu’à l’abus, la compétition dans la technique et maintenant on n’avance plus. C’est toujours ainsi, si on ne pense à rien d’autre qu’à la technique et si on ne se sert que de son intelligence. Bien sûr, elle est une fonction de l’esprit, mais si elle ne prend pas racine dans la Voie et si elle vise l’habileté seulement, elle devient le germe du faux et le résultat est néfaste. Donc recueille-toi et exerce-toi dorénavant dans le sens juste. »

Puis un gros chat au pelage tigré s’approcha et dit : « C’est, je pense, uniquement l’esprit qui compte dans l’art chevaleresque. Ainsi, depuis toujours, je me suis exercé en ce pouvoir (ki voneru). Maintenant, mon esprit est dur comme l’acier et libre, rempli de l’esprit qui comble le ciel et la terre. A peine l’ennemi perçu, déjà cet esprit tout puissant le fascine et d’avance, la victoire est à moi. Alors seulement j’approche sans réfléchir, tout comme la situation l’exige. Je m’oriente d’après le « son » de mon adversaire. Je fascine le rat d’après mon bon vouloir, à droite, à gauche, j’appréhende chacun de ses mouvements. Quant à la technique comme telle, je n’en ai cure. Elle se fait d’elle-même. Un rat court sur une poutre : je le fixe et déjà il tombe, il est à moi. Mais ici, ce rat mystérieux arrive sans forme et s’en va sans trace. Qu’est-ce ? Je l’ignore. »

La vieille chatte dit : « Ce pour quoi tu t’es donné de la peine, n’est qu’une force psychique et ne ressort pas du bien qui mérite le nom de Bien. Le seul fait d’être conscient du pouvoir dont tu veux te servir pour vaincre suffit pour agir contre ta victoire. Ton Moi entre en jeu. Mais si le Moi de l’autre est plus fort que le tien, qu’arrivera-t-il ? Si tu veux vaincre l’ennemi uniquement par ta force supérieure, il t’oppose la sienne. T’imagines-tu être le seul fort et crois-tu tous les autres faibles ? Mais comment se comporter s’il existe quelque chose que l’on ne puisse pas vaincre, avec la meilleure volonté, par sa propre force, fut-elle supérieure ? Voilà la question ! La force spirituelle que tu sens en toi « dure comme l’acier, libre et remplissant terre et ciel » ce n’est pas la grande Puissance (ki-no-sho) elle-même, mais son reflet seulement. Et ainsi ton propre esprit est seulement l’ombre du grand Esprit. Il paraît être la vaste Puissance, mais en réalité, il est tout autre chose. De quel esprit faut-il faire preuve, quand on se trouve en présence de ce qui ne peut être vaincu par aucune force spirituelle contingente ? Un dicton dit « un rat piégé mord même le chat ». L’ennemi en face de la mort ne dépend de rien. Il oublie sa vie, il s’oublie lui-même. Il est libre de vaincre ou d’échouer. Il oublie sa propre existence. C’est ainsi que sa volonté est telle que l’acier. Comment le vaincre avec une force spirituelle que l’on s’attribue à soi-même ? »

Un chat gris, plus âgé, s’inclina et dit : « Oui, en vérité, c’est ainsi que vous le dites. Aussi grande que puisse être la puissance psychique, elle a en soi une forme (katashi). Mais tout ce qui a une forme est saisissable. C’est pourquoi, depuis longtemps, j’ai entraîné mon âme (kokoro : la puissance du cœur). Ce n’est pas moi qui exerce cette puissance qui terrasse l’autre spirituellement, comme le fait le deuxième chat. Je ne me bagarre pas non plus comme le premier. Je me « concilie » celui qui est en face de moi, ne fait qu’un avec lui et ne m’oppose d’aucune façon. Quand l’autre est plus fort que moi, je cède et m’abandonne, pour ainsi dire, à sa volonté. D’une certaine façon, mon art consiste à s’emparer d’un jet de gravier avec un filet souple. Le rat qui veut m’attaquer, aussi fort qu’il soit, ne trouve rien où s’appuyer, rien où s’élancer. Or ce rat-ci n’a pas joué le jeu. Il est arrivé, il est parti, insaisissable comme une divinité. Jamais je n’ai rien vu de pareil. »

La vieille chatte répondit : « Ce que tu appelles conciliation ne procède pas de l’Être, de la grande Nature. C’est une conciliation voulue, artificielle, une astuce. Consciemment, tu veux échapper ainsi à l’agressivité de l’ennemi. Mais si tu y penses, fût-ce furtivement, il perçoit ton intention. Or, si dans une telle disposition tu te montres conciliant, ton esprit prêt à l’attaque se trouble : ta perception et ton acte sont perturbés dans leurs tréfonds. Tout ce que tu entreprends avec une intention consciente entrave la vibration originelle de la grande Nature, gêne le surgissement de la source secrète et perturbe le cours du mouvement spontané. D’où viendrait alors l’efficacité miraculeuse ? Je ne suis nullement d’avis que tout ce que vous vous êtes efforcés d’acquérir soit sans valeur. Tout et n’importe quoi peut être une manière de suivre la Voie. Mais une seule chose importe : que pas le moindre soupçon de conscience de soi n’entre en jeu, sinon tout est perdu. Si on pense au but, même d’une façon fugitive, tout devient artificiel. Et dans ce cas, l’ennemi vous résiste. Alors quel art doit-on utiliser ? C’est seulement lorsqu’on agit « sans agir », libre de toute conscience de soi, sans intention, sans astuce, que l’on est sur la vraie Voie. Abandonnez toute intention, entraînez-vous à la non-intentionnalité et laissez faire l’Être. Cette voie est sans fin et inépuisable. »

Et puis la vieille chatte ajouta encore quelque chose d’étonnant :

« Vous ne devez pas croire que ce que je viens de vous dire soit ce qu’il y a de plus élevé. Il n’y a pas longtemps, dans un village voisin du mien, vivait un matou. A longueur de journée, il dormait. Rien en lui ne laissait soupçonner quoi que ce soit ressemblant à une force spirituelle. Il était là, étendu comme un morceau de bois. Jamais personne ne l’avait aperçu attrapant un rat. Or là où il dormait et vivait, aussi bien qu’aux environs, il n’y avait pas de rats. Où qu’il apparût et s’étendît, on ne voyait plus aucun rat. Un jour, je lui rendis visite et lui demandais comment il fallait interpréter ce fait. Je ne reçus point de réponse. Non parce qu’il ne voulait pas répondre, mais parce que, de toute évidence, il ne savait que répondre. Ce matou s’était oublié lui-même et avait du même coup oublié toutes choses autour de lui. Il était devenu « rien » et avait atteint le plus haut degré de non-intentionnalité. Et nous pouvons dire qu’il avait atteint la divine Voie du Chevalier : vaincre sans tuer. Je suis loin derrière lui. »

En guise de conclusion inachevée …

Plonger dans le silence intérieur et l’écoute profonde du mouvement de la Vie en soi et tout autour de soi.

« Si tu respires profondément et fais confiance aveuglement, les phénomènes disparaissent et tu réalises que tout est parfait, interconnecté, synchronisé et fruit d’une intelligence universelle.

Alors, arrive ce moment où le sentiment d’étrangeté t’entoure, te pénètre et submerge tout,

Où le passé et le futur se dissolvent dans le moment présent,

Où le temps semble s’épaissir pour mieux accueillir entre les feuilles de ses secondes, notre perception de la grande convergence, ce curieux hasard.

Il faut ouvrir, ouvrir à fondre en sanglots, ouvrir si grand qu’il n’y ait plus de limite, il faut s’ouvrir en deux. Et là, plus rien ne peut te toucher puisque tout te traverse, t’avale et te digère.

Ton mental ne te donnera aucune réponse, ton cœur ne te posera aucune question. »

Stephan Schillinger – Extrait des livres « Par un Curieux Hasard »

« Lorsqu’on s’éveille à sa vérité, le sentiment est si incroyable et si libérateur qu’il se peut que l’on éprouve qu’il est de sa responsabilité d’aider chacun à se sentir aussi bien. Essayer d’éveiller les autres n’est pas le rôle d’un guérisseur. Votre travail est de vous sentir le mieux possible à chaque instant, pour être en totale harmonie avec vous-même. Laissez votre être supérieur, la totalité de l’univers, resplendir à travers vous et inspirer aux autres de voir le monde de façon différente, s’ils le désirent. C’est à eux de choisir ce qu’ils veulent faire. En ce qui vous concerne, vous devez vous aimer vous-même ainsi que toutes choses. Les niveaux de conscience et de perception de chacun sont différents. Là où en est quelqu’un, c’est parfait pour lui dans sa vie à ce moment-là. Laissez chacun être tel qu’il est et concentrez-vous seulement sur le fait de vous sentir au mieux de ce que vous pouvez être à présent. Personne n’a à changer pour que vous éprouviez de l’amour, parce que vous êtes l’amour. »

Extrait des 52 cartes oracles pour se connecter à la sagesse d’Astar – Denise Jarvie & Anne Delmas

De mon point de vue, la pratique de l’art de la non-intentionnalité est la stratégie ultime d’un(e) professionnel(le) de la relation d’aide et probablement l’œuvre d’une vie d’homme ou de femme.

Banzaaaaaaaiiiii !!!

Si en tant que professionnel(le) de la relation d’aide cet article a résonné en vous, je vous invite à lire d’autres articles en lien avec ce thème :
Osez l’écoute profonde dans la relation d’aide !
Osez l’écoute réceptive et le silence intérieur dans la relation d’aide !
Osez l’alliance qui guérit dans la relation d’aide !
Osez faire silence pour faire vivre une métamorphose !
Osez l’écoute empathique, l’authenticité et le non-jugement dans la relation d’aide !
Osez l’empathie !
Osez l’authenticité en tombant les masques !
Et vous, quelle relation avez-vous avec la non-intentionnalité ?
En tant que professionnel(le) de la relation d’aide, quelles sont vos bonnes pratiques ?
Vos retours d’expériences, commentaires et questionnements sont les bienvenus dans l’onglet en bas de cet article.
Si vous souhaitez savoir comment je peux vous accompagner sur votre chemin de professionnalisation dans le cadre d’une Supervision Systémique, Analytique et Didactique, sentez-vous libre de me contacter.
#OVPLegendeChatMerveilleux
#OVPLacherPrise
#OVPNonIntentionnalite
#OVPConnexionPureConscience

Téléchargez mon pedigree

Laurent Claret

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Osez être personne source !

Osez être personne source !

Source, Personne source et Principes source. Un regard inspirant et libérateur sur le management et la vie grâce aux...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.