Carpe Diem … Mon coup de cœur pour « Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ? » de Christiane Singer.

Écrit par Laurent Claret

03/06/2015

La philosophie de vie de Christiane Singer

Je vous recommande « Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ? » de Christiane Singer aux Éditions Albin Michel.

J’ai dévoré le livre de Christiane Singer. C’est un livre qui permet à la fois de se poser et de (re) mettre du sens dans sa vie.

J’en ai retenu que le monde est tel que je suis : le monde du dehors ne reflète que l’état de mon monde intérieur. Pour élargir ma représentation du monde, je dois travailler sur ce qui la limite : mes croyances, mes blessures et mes peurs. Ce sont mes représentations qui m’enferment. Je crois ce que je voie et je voie ce que je crois. Pour élargir ma vision du monde, il est nécessaire d’élargir mes croyances. C’est ce qui me permettra de choisir mon destin et de devenir ce que je suis.

Je vous propose quelques morceaux choisis :

« Le sens de la vie n’est ni transmissible, ni héréditaire. »
« Ce sont les sens qui nous rendent le sens. Nos sens, maitres du sens, nous rendent la richesse originelle et nous délivrent du désir féroce d’avoir raison. »
« De la vie, que reste t’il sans peur et sans espoir ? »
« De quelle manière l’homme survit-il au choc de ne pas être relié à tout comme l’ont été ses ancêtres depuis le début des temps ? Quels substituts invente t’il ? »
« Le rite relie l’homme en permanence au sens originel. Ce monde visible est la réplique mystérieuse du monde invisible. »
« Ce sont nos représentations qui nous enferment. Nous vivons plus dans l’échafaudage de nos représentations que dans la réalité objective. Le réel, lui, n’a ni portes ni fenêtres, il est l’infini de l’infini de l’infini des possibles. »
« Est faux ce qui fleure la théorie. Est juste, comme en musique, ce qui soudain résonne de l’un à l’autre, se propage comme une onde vibratoire. »
« Nous ne sommes jamais les gardiens d’un accompli mais les co-créateurs d’un devenir. »
Christiane Singer

Philippe Geluck

La philosophie de vie d’Alexandre Jollien

« La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où l’on en a pas, pour démontrer qu’on a ses chances quand on porte tout en soi, pour s’encombrer de doutes quand la confiance est là, pour prouver un amour à qui n’ouvre pas les bras, pour performer aux jeux de pouvoir quand on n’a pas le gout à ça, pour s’adapter à ce qui n’épanouit pas. La vie est bien trop courte pour la perdre à paraître, s’effacer, se plier, dépasser, trop forcer. Quand il nous suffit d’être, et de lâcher tout combat que l’on ne mène bien souvent qu’avec soi, pour enfin faire la paix, être en paix. Et vivre. En faisant ce qu’on aime, auprès de qui nous aime, dans un endroit qu’on aime, en étant qui nous sommes, Vraiment ».

Alexandre Jollien

#OVPCarpeDiem

#OVPChristianeSinger

#OVPAlexandreJollien

 
 
 

Téléchargez mon pedigree

Laurent Claret

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

Apprendre à devenir antifragile.

Apprendre à devenir antifragile.

Au-delà de la résilience ... l'antifragilité. Apprendre à devenir antifragile pour prospérer dans un monde de plus en...

Mon Arbre de Vie

Mon Arbre de Vie

« Je suis Ancré(e), Centré(e) et Aligné(e) sur mon Axis Mundi personnel. » En guise d’introduction … Comme...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *