Osez vivre le Moment Présent !

Écrit par Laurent Claret

03/06/2015

Carpe Diem

Le pouvoir du Moment Présent

Ici – Maintenant – Ce Moment

En guise d’introduction …

« Pour être heureux, il faut éliminer deux choses : la peur d’un mal futur et le souvenir d’un mal passé. »

Sénèque

En guise de développement …

La philosophie de vie de Christiane Singer …

Christiane Singer a écrit de nombreux livres. Je vous recommande tout particulièrement « Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ? » aux Éditions Albin Michel. Je l’ai dévoré et je m’y replonge régulièrement. C’est un livre qui permet à la fois de se poser et de (re) mettre du sens dans sa vie.

J’en ai retenu que le monde est tel que je suis : le monde du dehors ne reflète que l’état de mon monde intérieur. Pour élargir ma représentation du monde, je dois travailler sur ce qui la limite : mes croyances, mes blessures et mes peurs. Ce sont mes représentations qui m’enferment. Je crois ce que je voie et je voie ce que je crois. Pour élargir ma vision du monde, il est nécessaire d’élargir mes croyances. C’est ce qui me permettra de choisir mon destin et de devenir ce que je suis.

Je vous en propose quelques morceaux choisis …

« Il est difficile au milieu du brouhaha de notre civilisation qui a le vide et le silence en horreur d’entendre la petite phrase qui, à elle seule, peut faire basculer une vie : Où cours-tu ? Il y a des fuites qui sauvent la vie : devant un serpent, un tigre, un meurtrier. Il en est qui la coûtent : la fuite devant soi-même. Et la fuite de ce siècle devant lui-même est celle de chacun de nous. Où cours-tu ? Si au contraire nous faisions halte – ou volte-face – alors se révélerait l’inattendu : ce que depuis toujours nous recherchons dehors veut naître en nous. »

« Le sens de la vie n’est ni transmissible, ni héréditaire. »

« Ce sont les sens qui nous rendent le sens. Nos sens, maitres du sens, nous rendent la richesse originelle et nous délivrent du désir féroce d’avoir raison. »

« De la vie, que reste t’il sans peur et sans espoir ? »

« De quelle manière l’homme survit-il au choc de ne pas être relié à tout comme l’ont été ses ancêtres depuis le début des temps ? Quels substituts invente t’il ? »

« Le rite relie l’homme en permanence au sens originel. Ce monde visible est la réplique mystérieuse du monde invisible. »

« Ce sont nos représentations qui nous enferment. Nous vivons plus dans l’échafaudage de nos représentations que dans la réalité objective. Le réel, lui, n’a ni portes ni fenêtres, il est l’infini de l’infini de l’infini des possibles. »

« Est faux ce qui fleure la théorie. Est juste, comme en musique, ce qui soudain résonne de l’un à l’autre, se propage comme une onde vibratoire. »

« Nous ne sommes jamais les gardiens d’un accompli mais les co-créateurs d’un devenir. »

Christiane Singer

Ce que j’aime également de la pensée de Christiane Singer …

« La vie est un mystère à vivre, non un problème à résoudre. Dans tous les lieux habités par la souffrance se trouve aussi les gués, les seuils de passage, les intenses nœuds de mystère. Ces zones tant redoutées recèlent pourtant le secret de notre être au monde, ou comme l’exprime la pensée mythologique : là où se tiennent tapis les dragons sont dissimulés les trésors. L’espoir ne doit plus être tourné vers l’avenir mais vers l’invisible. Seul celui qui se penche vers son cœur comme vers un puits profond retrouve la trace perdue. »

Christiane Singer

Philippe Geluck

La philosophie de vie d’Alexandre Jollien

« La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où l’on en a pas, pour démontrer qu’on a ses chances quand on porte tout en soi, pour s’encombrer de doutes quand la confiance est là, pour prouver un amour à qui n’ouvre pas les bras, pour performer aux jeux de pouvoir quand on n’a pas le gout à ça, pour s’adapter à ce qui n’épanouit pas. La vie est bien trop courte pour la perdre à paraître, s’effacer, se plier, dépasser, trop forcer. Quand il nous suffit d’être, et de lâcher tout combat que l’on ne mène bien souvent qu’avec soi, pour enfin faire la paix, être en paix. Et vivre. En faisant ce qu’on aime, auprès de qui nous aime, dans un endroit qu’on aime, en étant qui nous sommes, Vraiment ».

Alexandre Jollien

En guise de conclusion inachevée …

« J’avais appris que la patience était une vertu suprême, la plus élégante et la plus oubliée. Elle aidait à aimer le monde. Sur les pages de mes carnets, j’avais réuni les quelques principes que m’inspiraient ces journées passées à côtoyer la beauté. Vénérer ce qui se tient devant nous.  Ne rien espérer. Jouir de ce qui s’offre. Avoir foi en la poésie. Se contenter du monde. Lutter pour qu’il demeure. »

Sylvain Tesson « La panthère des neiges »

Si vous ne l’avez pas vu, je vous recommande le film « Le Guerrier Pacifique » (« The Peaceful Warrior » en VOSTFR durée 1h55) sur la thématique de l’apprentissage de l’ici – maintenant – ce moment par un jeune homme accompagné par un vieux sage.

Si vous préférez cheminer dans l’apprentissage de l’ici – maintenant – ce moment en lisant un roman, il s’agit tout simplement de celui de Dan Millman « Le guerrier Pacifique ».

Où es-tu ? Ici. Quelle heure est-il ? Maintenant. Qu’es-tu ? Ce moment.

Where are you ? Here. What time is it ? Now. What are you ? This moment.

Dan Millman « Le Guerrier Pacifique »
Sur le loooooong chemin du Moment Présent, une invitation supplémentaire …
Osez pratiquer l’art de ne presque rien faire !
#OVPCarpeDiem
#OVPMomentPresent
#OVPIciMaintenantCeMoment
#OVPChristianeSinger
#OVPAlexandreJollien
 
 
 

Téléchargez mon pedigree

Laurent Claret

 

Ces articles peuvent aussi vous intéresser…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *