Alan Watts 3… c’est pratiquer le lâcher prise fécond à notre bonheur.

Alan Watts (1915 – 1973) est l’un des « pères » de la contre-culture aux États-Unis. J’aime sa façon de penser l’existence et le changement nécessaire à notre bonheur.

Philosophe, écrivain, conférencier et expert en religion comparée, il est l’auteur de vingt-cinq livres et de nombreux articles traitant de sujets comme l’identité individuelle, la véritable nature des choses, la conscience et la recherche du bonheur. Dans ses ouvrages, il s’appuie sur la connaissance scientifique et sur l’enseignement des religions et des philosophies d’Orient et d’Occident (bouddhisme Zen, taoïsme, christianisme, hindouisme). Par ailleurs, il était intéressé par les nouvelles tendances apparaissant en Occident à son époque, et se fit l’apôtre d’un certain changement des mentalités quant à la société, la nature, les styles de vie et l’esthétique. Alan Watts était un autodidacte réputé et c’est son interprétation des philosophies asiatiques qui l’a rendu populaire.

Dans son ouvrage « Éloge de l’insécurité », Alan Watts explore la loi de l’effort inverse.

« J’ai toujours été fasciné par la loi de l’effort inverse : quand vous essayez de rester à la surface de l’eau, vous coulez ; mais quand vous essayez de couler, vous flottez. Mon livre explore cette loi en l’appliquant à la recherche par l’homme de la sécurité psychologique, et à ses efforts pour trouver des certitudes spirituelles et intellectuelles dans la religion et la philosophie. Écrit avec la conviction qu’aucun thème ne pourrait être mieux approprié à une époque où la vie humaine semble particulièrement précaire et aléatoire, il soutient que pareille insécurité résulte de la volonté d’atteindre cette sécurité, et que, a contrario, salut et bon sens consistent à reconnaître le plus radicalement possible que nous n’avons aucun moyen d’assurer notre propre salut. » Alan Watts « Éloge de l’insécurité » aux Éditions Petite Bibliothèque Payot (février 2005). Titre original : The Wisdom of Insecurity (Vintage Books – 1951)

Alan Watts 1« Éloge de l’insécurité » montre comment cette loi de l’effort inverse – la « loi du rebours » – régit notre quête d’une sécurité psychologique et les efforts que nous déployons pour trouver des certitudes spirituelles et intellectuelles dans la religion et la philosophie.

Alan Watts soutient que cette insécurité résulte de la volonté d’atteindre la sécurité et que, a contrario, salut et bon sens consistent à reconnaître le plus radicalement possible que nous n’avons aucun moyen d’assurer notre propre salut.

Alan Watts 2 « L’Occidental parle de son action dans l’univers en termes d’agression ou de conquête. Il escalade une montagne : il dit qu’il la conquiert. Il guérit une maladie : il dit qu’il la vainc. Alors qu’au contraire, pour guérir une maladie, il faut non la maîtriser avec violence, mais apprendre à coopérer avec elle. Il faut apprendre à aimer ces bactéries dont nous avons besoin lorsqu’elles ne sont pas destructrices. Nous ne comprenons pas cet aspect du réel. » Alan Watts

Un peu à la façon d’Alice au Pays des Merveilles, le lecteur d’Alan Watts se trouve fréquemment dans un monde sens dessus dessous, où l’ordre normal des choses paraît complètement inversé.

Lao-Tseu, maître de la loi de l’effort inverse, pensait notamment que ceux qui se justifient ne convainquent pas. Il pensait que pour connaître la vérité on doit se débarrasser de la connaissance, et que rien n’est plus puissant et créatif que le vide qui suscite l’aversion de l’homme.

« Qui n’a pas la capacité de vivre dans le présent, ne peut faire de plans valables pour l’avenir. » Alan Watts