Petit ScarabeeSoyez un maître et vous saurez ce qu’il y a à faire.

Suivez l’ordre normal des choses qui veut que l’être vienne en premier, puis l’agir, puis l’avoir.

 

Ce texte de Charles Berner (1929 – 2007), traduit par Jacques de Panafieu, extrait de « Gagner sa vie sans la perdre » m’inspire au quotidien dans ma pratique de l’accompagnement. Accompagner mon client dans la présence de qui je suis véritablement. Un entrainement quotidien, un apprentissage créateur de joie.

« La plupart des gens comprennent le monde à l’envers. Ils pensent par exemple que, pour être photographe, il est nécessaire d’avoir toute une batterie d’appareils. Ce n’est pas exact. Certaines personnes ont besoin pour l’être d’un diplôme attestant qu’elles le sont. D’autres pensent que, pour être photographe, il faut prendre des photos. Une fois encore, ce n’est pas exact. Vous pouvez être photographe immédiatement, sans appareil, sans diplôme, sans preuve extérieure. Pour être photographe, il suffit d’être photographe.

Considérez quelqu’un qui a travaillé trente ans dans l’équipe des reporters photographes de Time. Un beau jour, il perd son emploi, son diplôme et ses appareils. Croyez-vous qu’il se considérera encore comme un photographe? Bien évidemment oui. Il sait qu’il est photographe. Il n’a pas besoin d’appareil. Si on l’interroge il dira simplement : « Il se trouve que je n’ai pas mes appareils avec moi pour le moment. Et si on lui dit : « Montrez-moi vos diplômes », il répondra : « Je n’ai aucun besoin de diplôme. Je suis photographe parce que je suis photographe. Je sais que je suis photographe. Que voulez-vous d’autre ? »

Il y a deux façons d’être quelque chose : l’une est d’en porter l’habit ; l’autre c’est que vous- même et cet état soyez en quelque sorte dans une saturation mutuelle, que vous soyez en union consciente avec cet état. Cela s’applique à l’animation des Séminaires Intensifs. Vous n’avez pas besoin de diplôme, vous n’avez pas besoin d’avoir terminé votre formation, vous n’avez pas besoin de l’accord de personne, vous n’avez pas besoin de ma bénédiction, vous n’avez pas besoin d’un local et vous n’avez pas besoin de participants. Vous n’avez rien besoin de savoir pour être un maître. Être ou ne pas être un maître dépend entièrement et exclusivement de vous. Tout ce qu’il y a à faire pour être un maître, c’est d’être un maître.

Vous direz sans doute : « Je ne sais pas comment m’y prendre. Si je savais ce qu’il y a à faire, je serais un maître. » Cela marche dans l’autre sens. Soyez un maître et vous saurez ce qu’il y a à faire. Suivez l’ordre normal des choses qui veut que l’être vienne en premier, puis l’agir, puis l’avoir. Engagez-vous à devenir ce que vous voulez être, et de cet état intérieur surgiront les plans qui généreront l’action, qui généreront l’intérêt, les clients, l’argent, le local, etc. Tant que vous n’aurez pas assumé l’attitude que vous êtres un maître, vous continuerez à attendre une autorisation venant de l’extérieur. Or s’autoriser est un droit donné par Dieu. Aucun humain ne peut nous l’accorder. Cela se pas passe dans notre cœur. »

Charles Berner (1929 – 2007), extrait de « Gagner sa vie sans la perdre »