OVP-hommedebout-hdJe considère qu’une séance d’accompagnement est un espace temps propice à la recherche de sens.

Je respecte un code de déontologie conforme à celui des trois principales associations françaises de coaching professionnel : EMCC France (European Mentoring and Coaching Council), ICF (International Coach Federation) et SF Coach (Société Française de Coaching).

J’y ai intégré des critères supplémentaires importants de mon point de vue.

En synthèse, en tant que coach professionnel …

  • J’ai suivi une formation professionnelle approfondie apte à créer une compétence de praticien,

  • J’ai suivi une analyse psychothérapeutique approfondie distincte de ma formation, bien que celle-ci y participe fondamentalement,

  • Je suis engagé dans un processus de formation continue et de développement personnel permanent,

  • Je respecte la limite de mes compétences professionnelles et me maintient dans un système de supervision de ma pratique par un tiers qualifié,

  • Je suis soumis aux règles usuelles du secret professionnel qui s’étend à tout ce que j’ai vu, entendu ou compris au cours de ma pratique,

  • Je m’engage à une attitude de réserve, je m’interdis d’exercer tout abus d’influence auprès de mes clients, je respecte leurs valeurs propres dans le cadre du processus de changement et m’abstiens de toutes relations sexuelles avec eux,

  • J’ai une obligation de moyens (et non de résultat), je ne suis pas tenu de m’engager vis-à-vis d’un client et j’attire l’attention de mes clients sur leur responsabilité propre et la nécessité d’une coopération active tout au long du processus d’accompagnement,

  • Je fixe moi-même mes honoraires en conscience.

Ma déontologie de coach est au service de …

Ma vocation de coach : aider des femmes et des hommes à oser leur potentiel pour le mettre au service de leur vie professionnelle et personnelle.

Mon ambition de coach :

« Si je donne un poisson à un homme qui a faim, il n’aura plus faim. Si je lui apprends à pêcher, il n’aura plus jamais faim. Si je crée les conditions qui lui permettent d’apprendre à pêcher, il n’aura plus jamais faim et aura développé son estime de lui. » Will Schutz

Mon credo :

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. » René Char

Dans le détail …

En tant que coach professionnel, les deux piliers de ma relation avec mon client sont la liberté d’expression dans le respect de chacun et la confidentialité. Je considère qu’une séance de coaching est pour la personne que j’accompagne un espace et un temps de réflexion et d’expression où elle peut librement exprimer ses difficultés, ses doutes et ses paradoxes.

1 – Devoirs du coach

Exercice du coaching

Je pratique le coaching professionnel. C’est à dire l’accompagnement limité dans le temps de personnes et d’équipes pour le développement de leurs potentiels, de leurs savoir-faire et savoir-être dans le cadre d’objectifs professionnels. Je m’autorise en conscience à exercer cette fonction à partir de ma formation, de mon expérience et de ma supervision.

Confidentialité

Je suis tenu au secret professionnel.

Respect des personnes

Je suis bienveillant mais non complaisant avec mon client : dans le cadre du processus de changement, je confronte les croyances de la personne que j’accompagne tout en respectant ses valeurs. Conscient de ma position, je m’interdis d’exercer tout abus d’influence et m’abstiens de toute relation sexuelle. Toute séance non décommandée au moins 48 heures à l’avance par mon client est due. Si je décommande une séance moins de 48 heures à l’avance, la suivante est gratuite.

Obligation de moyens

Je considère mon client comme un partenaire. Nous déterminons ensemble l’objectif, le cadre et les résultats attendus. Mon client reste le seul responsable de l’atteinte de ses propres objectifs. En ce sens, il est maître du contenu. Je suis un expert du processus d’accompagnement et, à ce titre, suis maître du cadre. Si je pose les bonnes questions, mon client trouvera sa / ses solution(s). Si besoin, j’ai recours à un confrère.

Refus de prise en charge

Je peux refuser une prise en charge de coaching pour des raisons propres à l’organisation pour laquelle il travaille, au demandeur ou à moi-même. Dans ce cas, je recommande un de mes confrères.

Fin anticipée de mission

J’alerte mon client lorsque je constate des dysfonctionnements et met fin au contrat si j’estime qu’il ne m’est pas possible de continuer cette relation de coaching.

2 – Devoirs du coach vis à vis du coaché

Lieu du coaching

Je suis attentif à la signification et aux effets du lieu de la séance de coaching. C’est pourquoi je préfère que les séances de coaching se déroulent hors des locaux de mon client.

Responsabilité des décisions

Le coaching est une technique de développement professionnel et personnel. Je laisse de ce fait à mon client toute la responsabilité de ses décisions et actions.

Demande formulée

Toute demande de coaching, lorsqu’il y a prise en charge par une organisation, répond à deux niveaux de demande : l’une formulée par l’organisation (donneur d’ordre) et l’autre par l’intéressé lui-même. Je m’assure que la demande de la personne que j’accompagne est en phase avec celle de l’entreprise.

Protection de la personne

J’adapte mon intervention dans le respect des étapes de développement de mon client.

3 – Devoirs du coach vis à vis de l’organisation commanditaire de l’accompagnement

Protection des organisations

Je suis attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de l’organisation commanditaire du coaching dans laquelle travaille mon client.

Restitution à l’organisation commanditaire de l’accompagnement

Je ne peux rendre compte de mon action à l’organisation commanditaire du coaching que dans les limites établies avec mon client.

Équilibre de l’ensemble du système

Le coaching s’exerce dans la synthèse des intérêts de mon client et de l’organisation pour laquelle il travaille.

Téléchargez mon code de déontologie

Téléchargez mon pedigree

Baobab 3