OVP-hommedebout-hd

 

Code de déontologie

Laurent Claret

Coach & Psychopraticien

En tant qu’accompagnant, je respecte un code de déontologie qui intègre les critères définis par les trois principales associations françaises de coaching professionnel (EMCC France, ICF et SF Coach) et deux associations de praticiens en psychothérapie (le SNPPsy et la FF2P).

 

En synthèse, en tant qu’accompagnant (coach professionnel et psychopraticien) :

  • J’ai suivi une formation professionnelle approfondie apte à créer une compétence de praticien,
  • J’ai suivi un processus psychothérapeutique approfondi distinct de ma formation,
  • Je suis engagé dans un processus de formation continue et de développement personnel permanent,
  • Je respecte la limite de mes compétences professionnelles et me maintient dans un système de supervision de ma pratique par un tiers qualifié,
  • Je suis soumis aux règles usuelles du secret professionnel qui s’étend à tout ce que j’ai vu, entendu ou compris au cours de ma pratique,
  • Je m’engage à une attitude de réserve, je m’interdis d’exercer tout abus d’influence auprès de mes clients et je respecte leurs valeurs propres dans le cadre du processus de changement,
  • J’ai une obligation de moyens (et non de résultat), j’attire l’attention de mes clients sur leur responsabilité propre et la nécessité d’une coopération active tout au long du processus d’accompagnement,
  • Je fixe moi‐même mes honoraires en conscience.

Ma déontologie d’accompagnant est au service de …

  • Ma vocation d’accompagnant : aider des femmes et des hommes à oser leur potentiel pour le mettre au service de leur vie professionnelle et personnelle.
  • Mon ambition d’accompagnant : « Si je donne un poisson à un homme qui a faim, il n’aura plus faim. Si je lui apprends à pêcher, il n’aura plus jamais faim. Si je crée les conditions qui lui permettent d’apprendre à pêcher, il n’aura plus jamais faim et aura développé son estime de lui. » Will Schutz
  • Mon credo : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. » René Char

Dans le détail, en tant qu’accompagnant (coach professionnel et psychopraticien) :

1 – Exercice de l’accompagnement

Je pratique le coaching professionnel : l’accompagnement de personnes, d’équipes et d’organisations pour le développement de leurs potentiels et de leurs savoir‐faire.

  • Coaching individuel : dirigeants, managers, chefs de projet, leaders de transformation…
  • Coaching collectif : équipes opérationnelles, équipes métiers, équipes transverses.
  • Coaching d’organisation : accompagnement de l’ensemble de l’écosystème de mon client, coaching collectif d’équipes dirigeantes (Comex, Codir) et d’équipes projets (Copil, Copro), coaching des leaders et des acteurs de la transformation interne et externe.

Je suis psychopraticien : professionnel de la relation d’aide dans le champ de la psychothérapie. Mon accompagnement tend à soulager les souffrances des personnes que j’accompagne et s’appuie sur des méthodes de psychothérapie que j’ai moi-même expérimentées.

Je m’autorise en conscience à exercer ces fonctions d’accompagnant à partir de ma formation, de mon expérience et de la supervision de ma pratique.

2 – Confidentialité

Je m’astreins au secret professionnel : je garantis le plus strict degré de confidentialité avec mes clients et commanditaires, sauf si la loi m’oblige à divulguer certaines informations (signalement de situations où des personnes se mettent en danger ou mettent en danger autrui).

Je considère qu’une séance de coaching ou de thérapie est pour la personne que j’accompagne un espace / temps de réflexion et d’expression où elle peut librement exprimer ses difficultés, ses doutes et ses paradoxes.

3 – Respect des personnes

Je suis bienveillant mais non complaisant avec mon client : dans le cadre du processus de changement, je confronte les croyances de la personne que j’accompagne tout en respectant ses valeurs.

Conscient de ma position, je m’interdis d’exercer tout abus d’influence. Je m’abstiens de toute relation sentimentale ou sexuelle avec mes clients et commanditaires. Je définis et maintiens des limites claires, appropriées et culturellement admissibles en ce qui concerne les interactions physiques ou autres avec mes clients et commanditaires.

Je suis conscient de la possible existence de biais inconscients et veille à adopter une approche respectueuse et inclusive qui reconnaît et tient compte des spécificités de chacun.

Toute séance non décommandée au moins 48 heures à l’avance par mon client est due. Si je décommande une séance moins de 48 heures à l’avance, la suivante est gratuite.

4 – Obligation de moyens

Je veille à bien comprendre les attentes de mes clients et commanditaires et à parvenir à un accord sur les modalités à mettre en œuvre pour y répondre.

Je considère chaque client comme un partenaire : nous déterminons ensemble l’objectif, le cadre et les résultats attendus. Mon client reste le seul responsable de l’atteinte de ses propres objectifs : il est maître du contenu. Je suis un expert du processus d’accompagnement : je suis maître du cadre. Si besoin, j’ai recours à un confrère.

5 – Conflit d’intérêts – Refus de pris en charge – Fin anticipée d’accompagnement

Je suis conscient du risque de conflit d’intérêts de nature commerciale ou affective pouvant découler de la relation de travail et m’engage à régler ces situations de façon rapide et efficace afin qu’elles ne portent pas préjudice à mes clients et commanditaires ou à moi-même. Je discute franchement de tout conflit avec mes clients / commanditaires et, s’il n’est pas possible de le régler efficacement, je m’attache à trouver un accord pour mettre fin à la relation.

Je peux refuser une prise en charge d’accompagnement pour des raisons propres à l’organisation pour laquelle mon client travaille, au demandeur ou à moi‐même. Dans ce cas, je recommande un de mes confrères.

J’alerte mon client / commanditaire lorsque je constate des dysfonctionnements et met fin au contrat si j’estime qu’il ne m’est pas possible de continuer cette relation d’accompagnement.

6 – Obligations légales et réglementaires

Je suis tenu de me conformer aux obligations légales et réglementaires en vigueur dans le pays où j’exerce.

Je conserve des dossiers sur mon travail avec mes clients et veille à en garantir la confidentialité, la sécurité et la conformité à la législation sur la protection des données personnelles.

Je souscris une assurance responsabilité civile professionnelle couvrant mes activités d’accompagnement.

7 – Capacités professionnelles

Je possède les qualifications et expériences nécessaires pour répondre aux besoins de mes clients et m’engage à ne pas excéder les limites de mes compétences. Le cas échéant, j’oriente mon client vers des confrères plus expérimentés ou aux qualifications mieux adaptées.

Mon état de santé doit me permettre d’exercer mon métier d’accompagnant dans de bonnes conditions. À défaut, ou si je doute de ma capacité à exercer en raison de problèmes de santé, je demande l’assistance de confrères. Si nécessaire, je mets fin à la relation d’accompagnement.

8 – Supervision permanente

Afin de renforcer mon apprentissage et mon développement professionnel, je mène une réflexion régulière sur ma pratique.

J’entretiens une relation avec un superviseur qualifié ou un groupe de pairs, à une fréquence adaptée à ma pratique d’accompagnement.

Je discute de tout problème éthique (réel ou potentiel) ainsi que de toute infraction au présent code de déontologie avec mon superviseur ou groupe de pairs pour obtenir leur assistance et conseil.

9 – Développement professionnel continu

J’élargis mes compétences d’accompagnant en suivant des formations et/ou actions de développement professionnel continu adaptées à ma situation.

J’évalue régulièrement la qualité de ma pratique, notamment grâce au feedback de mes clients et d’autres interlocuteurs pertinents.

10 – Spécificités d’un coaching professionnel en entreprise

  • Lieu de coaching

Je suis attentif à la signification et aux effets du lieu de la séance de coaching. C’est pourquoi je préfère que les séances de coaching se déroulent hors des locaux professionnels de mon client.

  • Demande formulée et objectif(s) de coaching

Toute demande de coaching, lorsqu’il y a prise en charge par une organisation, répond à deux niveaux de demande : l’une formulée par l’entreprise (commanditaire) et l’autre par l’intéressé lui-même (personne accompagnée). Je m’assure que la demande de la personne que j’accompagne est en phase avec celle du commanditaire.

  • Protection des organisations

Je suis attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de l’organisation commanditaire du coaching dans laquelle travaille mon client.

  • Restitution à l’organisation commanditaire de l’accompagnement

Je ne rends compte de mon action à l’organisation commanditaire du coaching que dans les limites établies avec mon client.

  • Équilibre de l’ensemble du système

Le coaching s’exerce dans la synthèse des intérêts de mon client et de l’organisation pour laquelle il travaille.

Glossaire

  • EMCC France : European Mentoring and Coaching Council France (ex Association Européenne de Coaching)
  • ICF : International Coaching Federation
  • SF Coach : Société Française de Coaching
  • SNPPsy : Syndicat National des Praticiens en Psychothérapie relationnelle et Psychanalyse
  • FF2P : Fédération Française de Psychothérapie et Psychanalyse

Téléchargez mon code de déontologie

Téléchargez mon pedigree

Déontologie, éthique et morale

> Déontologie

Etymologie : du grec deon (ce qu’il faut faire, devoir) avec en suffixe -logie, du grec lógos (étude, science, discours, parole).

La déontologie est l’ensemble des règles ou des devoirs régissant la conduite à tenir pour les membres d’une profession ou pour les individus chargés d’une fonction dans la société. Qu’elle soit imposée ou non par la loi, elle constitue la morale d’une profession.

Un code de déontologie professionnelle est ce qui régit l’exercice d’une profession. Il en décrit l’éthique ainsi que les droits et les devoirs de ceux qui l’exercent, de même que les rapports entre ceux-ci et leurs clients ou le public.

L’éthique déontologique est une théorie philosophique selon laquelle chaque action humaine doit être appréciée selon sa conformité ou non à certains devoirs. Le déontologisme s’oppose alors au conséquentialisme, qui considère que les actions humaines sont à juger uniquement en fonction de leurs conséquences.

> Ethique

« L’éthique, c’est l’esthétique du dedans. »  Pierre Reverdy (Le Livre de mon bord)

Etymologie : du grec ethikos (moral), de ethos (mœurs).

L’éthique est la science de la morale et des mœurs. C’est une discipline philosophique qui réfléchit sur les finalités, sur les valeurs de l’existence, sur les conditions d’une vie heureuse, sur la notion de « bien » ou sur des questions de mœurs ou de morale.

L’éthique peut également être définie comme une réflexion sur les comportements à adopter pour rendre le monde humainement habitable. En cela, l’éthique est une recherche d’idéal de société et de conduite de l’existence.

> Morale

Etymologie : du latin mores (mœurs, conduite, manière d’agir, genre de vie, habitude).

La morale est un ensemble de principes de jugement, de règles de conduite relatives au bien et au mal, de devoirs, de valeurs, parfois érigés en doctrine, qu’une société se donne et qui s’imposent autant à la conscience individuelle qu’à la conscience collective.

Ces principes varient selon la culture, les croyances, les conditions de vie et les besoins de la société. Ils ont souvent pour origine ce qui est positif pour la survie de l’ethnie, du peuple, de la société. Si de tels principes sont en outre positifs pour l’ensemble des ethnies, des peuples ou des sociétés de la Terre, ils peuvent être considérés comme faisant partie de la morale universelle.

Il existe deux grandes conceptions de la morale :

  • Objectiviste : les lois morales ne dépendent pas de l’homme mais des lois de la nature, de « commandements divins » ou des lois de la raison. Elles ont un caractère universel, éternel, absolu, normatif. Elles ne peuvent être ni changées, ni supprimées.
  • Relativiste : les valeurs morales ont une origine humaine. Elles sont définies par la société ou par l’individu lui-même et varient donc d’une société à une autre.

La philosophie morale aborde, avec la seule autorité de la raison, la question de la finalité de l’action humaine et cherche à éclairer les choix pratiques et en particulier la prise de décision : Que dois-je faire ? Qu’aurais-je dû faire ? Y a-t-il des limites à mes actions ?

Les termes « éthique » et « morale » ont des sens proches et sont souvent confondus.

Tandis que la morale est un ensemble de règles ou de lois ayant un caractère universel, irréductible, voire éternel, l’éthique s’attache aux valeurs et se détermine de manière relative dans le temps et dans l’espace, en fonction de la communauté humaine à laquelle elle s’intéresse.

Dans « Le capitalisme est-il moral ? » (Albin Michel), le philosophe André Comte-Sponville distingue l’ordre moral de l’ordre éthique. Pour lui, la morale est ce que l’on fait par devoir (en mettant en œuvre la volonté) et l’éthique est tout ce que l’on fait par amour (en mettant en œuvre les sentiments).

« Deux choses remplissent mon esprit d’une admiration et d’un respect incessants : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi. » Emmanuel Kant

Clarification

À l’attention des prescripteurs de coaching, des bénéficiaires, des personnes en cours de formation et des acteurs institutionnels :

  1. Le titre de « coach professionnel certifié » est reconnu par la Communauté Européenne et donc en France.
  2. Le métier du coaching est régulé selon la Charte Européenne des métiers auto-régulés et conformément au dépôt du Code de Déontologie commun déposé auprès de la Communauté Européenne.
  3. Un coach professionnel certifié (le titre est enregistré dans le Registre Nationale des Certifications Professionnelles) est dûment formé (certifié par une école ou diplômé d’une université), supervisé, en formation continue et identifié dans un annuaire professionnel public.

#OVPDeontologie

Baobab 3